De nombreuses spéculations sont émises depuis plusieurs jours sur un éventuel enfouissement de déchets nucléaires dans une région frontalière avec le Grand-Duché de Luxembourg.

Pour le Chef de groupe MR à la Chambre, Benoit Piedboeuf, l’emballement autour de ce dossier est symptomatique du moment, où l’on cède rapidement à la panique sans vérifier les informations : « A l’heure actuelle, aucun site n’a été sélectionné ou présélectionné pour un éventuel enfouissement des déchets nucléaires. Ni en province de Luxembourg, ni ailleurs. L’ONDRAF, l’organisme national qui gère les déchets radioactifs, a d’ailleurs précisé qu’aucune décision n’a jusqu’ici été prise quant à la destination finale des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. »

Une totale transparence

En séance plénière, la Ministre de l’Energie et de l’Environnement Marie-Christine Marghem a rappelé que « la fixation de la politique nationale se réalisera par étapes, ce qui se déroulera sur de nombreuses années, et ce n’est qu’à une étape ultérieure que viendront les fixations de la roche-hôte, puis de la localisation. Et le public sera consulté à chacune des étapes, en toute transparence. » La Ministre s’est par ailleurs engagée à répondre aux questions des Bourgmestres qui le souhaitent pour démontrer qu’il n’existe aucun agenda caché ou volonté de passer en force sur un dossier qui n’en est encore qu’aux étapes préliminaires.

Enfin, Benoit Piedboeuf regrette que circule, sur les réseaux sociaux, des cartes prétendument officielles qui indiqueraient l’emplacement de futurs sites de stockage : « Aucune carte de la sorte n’émane du Ministère, de l’ONDRAF ou d’une institution officielle. Elles n’ont d’autre but que de semer la confusion et la peur au sein de la population. La gestion des déchets nucléaires est une matière bien trop sensible que pour être prise à la légère par les autorités, » conclut le Chef de groupe.