Ces dernières semaines, le parti Islam fait beaucoup parler de lui dans les médias. Ses idées choquent. Les propos sexistes, rétrogrades et anti-démocratiques tenus par un représentant de cette formation politique sont scandaleux. Est-il possible d’interdire ce parti ?

Parti Islam : un échec de l’intégration

Les propos tenus par les représentants du Parti Islam témoignent d’un certain échec de l’intégration. Cela démontre qu’il est nécessaire de mieux transmettre les valeurs de notre société aux populations issues de l’immigration. Le respect de nos valeurs n’est pas une option mais une obligation !

Le MR a toujours été très clair sur les questions liées à l’interculturalité. Nous souhaitons une société reconnaissant à chaque personne des droits et des devoirs universels. Nous voulons une société dans laquelle les citoyens partagent un patrimoine commun de valeurs. Ces valeurs sont par exemple la liberté d’expression et d’autodétermination, l’égalité entre les hommes et les femmes ou encore la nécessaire séparation des Eglises et de l’Etat. Il n’est pas question que les droits et devoirs du citoyen diffèrent selon leurs appartenances ou convictions personnelles.

Le MR est pour l’interdiction du parti Islam

Pour le Mouvement Réformateur, il ne faut pas permettre aux ennemis de la liberté d’exploiter les droits garantis par la Constitution dans le but ultime de mettre fin à ces mêmes droits. Nous sommes donc clairement en faveur de l’interdiction du parti Islam. Tout comme nous sommes favorables à l’interdiction de tout autre parti constituant une menace pour notre ordre démocratique.

Il faut cependant constater que le droit belge actuel ne permet pas d’interdire des partis politiques. Nous pouvons tout au plus supprimer le financement des partis politiques liberticides. Mais cela resterait sans effet contre un parti comme « Islam » qui ne bénéficie d’aucune dotation.

D’après nos premières analyses, il faudrait modifier la constitution et voter de nouvelles lois pour mettre en œuvre une procédure d’interdiction des partis politiques, comme cela se fait en Allemagne. Cette procédure devrait bien entendu contenir suffisamment de garanties pour éviter qu’un parti politique légitime ne soit inquiété. Il faudrait également prévoir des sanctions fortes pour rendre l’interdiction efficace : dissolution du groupe, saisie des biens, révocations des mandataires élus sous l’étiquette de ce parti, peine d’inéligibilité, interdiction de recréer le parti sous quelque forme que ce soit, le tout assorti des peines dissuasives.

Nous souhaitons en parallèle que des comportements ou des propos qui constituent une menace pour l’ordre démocratique puissent justifier une peine d’inéligibilité, comme cela se fait déjà pour les infractions racistes ou négationnistes.

L’intégration, une priorité pour le MR

Il s’agit donc d’un vaste chantier dont le but ultime serait de renforcer les mécanismes d’auto-défense démocratiques de notre pays. Un groupe de travail a été mis en place au sein du MR pour réfléchir à ces questions et proposer des solutions concrètes.

Il faut aussi rappeler que le MR réclame depuis plus de 10 ans la mise en place d’un parcours d’intégration obligatoire pour tous les primo-arrivants et la création d’un cours commun de citoyenneté et de philosophie et d’histoire comparée des religions pour tous les élèves.  Le gouvernement wallon MR-Cdh vient justement de renforcer de manière significative le parcours d’intégration en Wallonie en passant de 120 à 400 heures de cours de français obligatoires et de 20h à 60h de cours de citoyenneté.

A Bruxelles, région dirigée par une majorité PS-Cdh-Défi et là où les besoins sont les plus manifestes, le parcours d’intégration se fait toujours sur base volontaire.

Nous avons également été les premiers à interdire la burqa dans notre pays, à interdire le port des signes convictionnels à l’école et dans l’administration,  à travailler sur les questions de lutte contre la radicalisation que ce soit à l’école, dans les mosquées ou dans les prisons.

 

Ceci pourrait aussi vous intéresser :

L’intégration enfin une condition de séjour en Belgique

Parti ISLAM : le MR à l’offensive

Radicalisme au sein de la STIB et de Bruxelles-Propreté

Mieux détecter les signes avant-coureurs du radicalisme