Bonne gouvernanceSécurité

Radicalisme au sein de la STIB et de Bruxelles-Propreté

Par 19 mars 2015 Pas de commentaire

Fadila Laanan a confirmé un problème de radicalisme dans certaines entreprises bruxelloises, comme Bruxelles-Propreté et la STIB.

Invitée ce matin de Bel-RTL, la Secrétaire d’Etat Fadila Laanan (PS), a confirmé du bout des lèvres, un problème de radicalisme dans certaines entreprises bruxelloises, « quelques soucis » (sic) et de citer, rien de moins, Bruxelles-Propreté et la STIB, laquelle « connaît le même phénomène » parmi ses 8.000 agents. « De sources policières, on semble bel et bien confirmer la présence de radicaux au sein de l’une et de l’autre de ces entreprises publiques bruxelloises », rapporte Vincent De Wolf, chef de groupe MR au Parlement bruxellois. «Cependant, et c’est très inquiétant, aucune mesure ne serait prise par ces entreprises pour mesurer l’ampleur de ce phénomène et identifier les agents radicalisés voire recruteurs », dénonce Vincent De Wolf.
Et pour le député libéral d’ajouter sévèrement qu’« il est sidérant d’entendre, en radio, un membre du gouvernement faire état d’éléments radicaux au sein d’entreprises publiques, entre deux questions relatives aux sacs poubelles, sans annoncer que des mesures effectives soient prises à cet égard. Cela tient de l’inconscience ! Pire encore, est de constater l’inaction du Gouvernement bruxellois
qui rappelle la légèreté avec laquelle son Ministre-Président avait mobilisé la Région bruxelloise dans la lutte contre le radicalisme 
». Lors des récents débats menés au Parlement bruxellois quant aux mesures à prendre en la matière, le Ministre-Président, Rudi Vervoort, ni aucun autre de ses ministres, n’ont fait état ou écho à cette problématique, qualifiée aujourd’hui de « soucis » par Fadila Laanan. Pas plus de mesures n’auront été annoncées dans ce cadre devant le Parlement, au lendemain de la demande du MR d’un Plan « R » pour la Région bruxelloise. Vincent De Wolf rappelle qu’en 2013, déjà, il avait dénoncé des pratiques laissant à penser qu’un problème pouvait émerger au sein de la STIB. En effet, la société des transports publics bruxellois recensait alors quelque 10 plaintes annuelles pour des cas de prières effectuées, durant le service, par des agents à bord de leur véhicule. Si il est clair que de tels comportements ne peuvent être associés comme tel à du radicalisme, ils constituent néanmoins des indices pertinent à prendre en
compte. Une nouvelle fois inquiet par la gestion du phénomène du radicalisme en Région bruxelloise et, plus particulièrement, par les décisions et l’absence de décisions prises par l’exécutif bruxellois, le chef de groupe MR, Vincent De Wolf, en appelle à Rudi Vervoort pour informer complètement et sérieusement le Parlement sur les mesures prises par lui et par chacun des membres de son équipe quant aux faits évoqués avec légèreté par Fadila Laanan, ce matin.
Une interpellation à l’attention du Ministre-Président, du Ministre de la Mobilité et de son homologue de la Propreté publique sera déposée par Vincent De Wolf.