Un des objectifs de la réforme portée par la Ministre Valérie Glatigny est de contrer un effet pervers du Décret Paysage : l’allongement des études, qui impacte particulièrement les étudiants précarisés.

Trop d’étudiants passent actuellement des années dans l’enseignement supérieur sans décrocher un diplôme. La raison ? Les règles sont peu claires. Trop d’étudiants ne comprennent pas bien les conséquences d’un report de crédit d’une année à l’autre. Ils finissent par porter un sac à dos de crédits trop lourds, et se voient déclarés non-finançables sans le savoir, voyant ainsi les portes de l’enseignement supérieur se fermer devant eux sans accès à la diplomation.

Il faut permettre aux étudiants d’acquérir, dès le début de leurs parcours, des bases pédagogiques solides afin de favoriser l’obtention d’un diplôme.

Pour ce faire, la réforme contient deux axes majeurs :

  1. Mieux structurer le début du parcours et clarifier la notion de réussite :
  • La réussite = 60 crédits.
  • 5 ans pour réussir son Bachelier :
    • 2 ans pour réussir ses 60 premiers crédits.
    • 4 ans pour réussir 120 crédits de son cursus.
  • L’étudiant qui n’aura acquis aucun crédit du bloc 1 devra se réorienter.
  • L’étudiant qui se sera réorienté bénéficiera, au cours du cycle, d’une année supplémentaire, ce qui portera son total d’années pour réussir un bachelier à 6 ans.
  1. Renforcer les activités d’aides à la réussite et les orienter vers les étudiants qui en ont le plus besoin :
  • L’objectif est de pouvoir identifier tôt dans le cursus d’éventuelles lacunes, et recevoir de l’aide pour y remédier. C’est pourquoi les aides sont dirigées vers les BAC1. Les étudiants qui ont réussi 30 crédits ou moins devront compléter leur programme par des activités de remédiation.
  • Montants alloués par la FWB pour l’aide à la réussite = 83 millions/an. Moyens complémentaires octroyés à l’initiative de la Ministre Glatigny : 6 millions/an seront spécifiquement dédiés aux aides à la réussite.
  • Exemples d’activités d’aide à la réussite = examens blancs, séances de questions/réponses, tutorat, etc.

Entrée en vigueur

Le texte va maintenant faire l’objet d’une consultation des différents acteurs de l’enseignement supérieur. L’objectif est qu’il s’applique aux étudiants débutant leur parcours dans le supérieur en septembre 2022.