Économie & FiscalitéEnergie

Réforme des primes sur le logement

Par 23 février 2015 Pas de commentaire

« objectif loupé», estime Pierre-Yves Jeholet.

  Le MR le réclamait à cor et à cri depuis plusieurs années : le Gouvernement wallon vient enfin de tenter de mettre de l’ordre et d’harmoniser le fatras des primes « logement et énergie ». Toutefois, pour louable qu’elle soit, cette réforme masque difficilement la volonté de la coalition PS-cdH de réaliser une pure opération d’économie budgétaire.

« Dans les faits, on observe que les primes sont réglées deux ans après la réalisation des travaux ; dès lors, seuls les ménages capables de les préfinancer profiteront de cet effet d’aubaine. Les autres, hélas !, ne pourront avancer les sommes nécessaires à ces chantiers de rénovation-isolation. Le Gouvernement wallon vient donc de louper son objectif en ne corrigeant pas le tir », estime Pierre-Yves Jeholet.

Pour le Chef du Groupe MR au Parlement wallon, « les classes moyennes seront également pénalisées par ces dispositions : il suffisait d’intégrer les primes au dispositif « ecopack » existant tout en déduisant immédiatement le montant emprunté au taux zéro pour que tous les ménages soient traités de manière équitable ».

Cette réforme n’est donc pas aboutie, elle est floue (le montant des primes reste inconnu et on ne sait quelles primes subsisteront) et elle est incomplète (on rate l’occasion d’une transversalité avec, notamment, inclusion dans le dispositif des aménagements nécessaires aux personnes handicapées)

« Le Gouvernement a mené une opération strictement budgétaire, une opération qui devrait entraver la relance du secteur de la construction. C’est affligeant », conclut Pierre-Yves Jeholet.