Le port du voile va-t-il être autorisé à la STIB et dans les autres services publics bruxellois ? Le MR s’inquiète d’une dérive communautariste qui menace la neutralité de l’Etat et des services rendus aux citoyens.

Le Conseil d’administration de la STIB a finalement décidé de ne pas interjeter appel du jugement établissant que le refus d’accepter le port du voile en son sein est discriminatoire.

Pour Georges-Louis Bouchez, cette décision est totalement incompréhensible. « C’est est une nouvelle manifestation de la communautarisation de notre société par la gauche bruxelloise. Je demande au gouvernement bruxellois de prendre ses responsabilités en s’opposant à ce choix », déclare le président du MR.

Pour les Libéraux, l’autorité publique doit en effet se caractériser par la neutralité de traitement des dossiers, mais aussi par la neutralité d’apparence vis-à-vis des administrés dans leur relation avec l’Etat : autrement dit le port de signes convictionnels ostentatoires ne peut être toléré dans la fonction publique. Nous sommes intransigeants sur ces principes. Les entreprises privées sont libres d’appliquer une autre politique, mais les services publics ont un devoir de neutralité dans l’exercice de leurs missions de service public et dans leurs rapports avec tous les citoyens. Cette volonté de neutralité traduit aussi une obligation d’égalité de traitement mais aussi de sentiment d’égalité de traitement face à l’administration. En outre, cette interdiction doit également concerner l’enseignement obligatoire, tant pour les élèves que pour les professeurs.

Cette neutralité constitue le fondement de notre socle commun de valeurs et la condition d’un vivre-ensemble apaisé où chacun se sent respecté dans sa différence,  sa conviction, sa culture ou sa religion. Sa remise en question ouvrira toujours la porte au communautarisme et à ce qui nous divise plutôt que ce qui nous rapproche.

Seule la neutralité de l’Etat et l’apparence de cette neutralité permet la coexistence harmonieuse de différentes croyances philosophiques, politiques ou religieuses. La neutralité de l’Etat dans toutes ses composantes constitue à cet égard le corollaire direct de la liberté de l’individu.

Cette dérive électoraliste des partis de gauche, Ecolo en tête, via la course au vote communautaire témoigne d’une méconnaissance des enjeux, car le voile est utilisé par une minorité agissante comme un symbole de l’islamisme politique. L’attitude du PS est beaucoup plus ambigüe et mériterait d’être clarifiée. Quant à Défi, qui est associé au pouvoir à Bruxelles, il porte une lourde responsabilité et doit agir pour éviter que des accommodements raisonnables clivant encore davantage la société bruxelloise ne soient mis en œuvre.

Joignant les actes à la parole, le Mouvement Réformateur déposera demain au Parlement bruxellois un projet d’ordonnance visant à l’interdiction du port ostentatoire de tout signe convictionnel religieux, politique ou philosophique dans la fonction publique, dans les organismes publics et parapublics. Nous espérons que tous les démocrates attachés aux principes de la liberté de l’individu et de neutralité de l’Etat nous suivront dans cette démarche afin de réaffirmer haut et fort ce qui nous unit plutôt que ce qui nous divise.

La neutralité de l’Etat et la séparation entre l’Eglise et l’Etat sont des balises fondamentales et cardinales d’un vivre ensemble dans l’intérêt de tous.

Vous soutenez cette action? Faites entendre votre voix et signez cet appel à la mobilisation !