Les membres de la commission Economie de la Chambre ont approuvé, à l’unanimité, la proposition de loi déposée par les députés MR Denis Ducarme, Florence Reuter et Marie-Christine Marghem. 

Afin de permettre aux commerces de mieux écouler leurs stocks, la proposition vise à prolonger la période légale des soldes jusqu’au 15 février 2021. 

Le député fédéral Denis Ducarme, qui défend depuis plusieurs semaines cette proposition, se réjouit que la proposition fasse l’unanimité : « Je tiens à remercier l’ensemble des groupes politiques, de la majorité comme de l’opposition. Nous avons pu dépasser les clivages traditionnels, ce qui est essentiel lorsqu’il s’agit d’aider nos commerçants. De plus, nous n’avons reçu que des avis favorables de tous les acteurs du secteur. Qu’il s’agisse des Ministres Clarvinal et Dermagne, de l’UCM, de Comeos, Test-Achats, Mode Unie, du SNI ou de l’Unizo. Nous avons pu travailler vite et en concorde, ce qui nous permet d’officialiser la décision dès cette semaine et offrir ainsi une dizaine de jours aux commerces et aux consommateurs pour s’organiser. » 

Confrontés à la seconde vague au mois d’octobre, les commerçants n’ont en effet pu écouler normalement leurs stocks d’hiver. « Il était impératif de leur offrir une fenêtre de tir plus large  afin de rattraper le manque à gagner occasionné par les fermetures. »

La proposition permet en outre de rencontrer deux objectifs supplémentaires : « D’une part, en étalant la période des soldes, on offre l’opportunité à la population d’étaler ses achats sur une plus longue période de temps. Cela évite les rassemblements de personnes aux mêmes endroits et renforce donc les mesures sanitaires. Avec les risques liés aux variants du virus, il ne faut certainement pas abaisser notre vigilance. D’autre part, en prolongeant jusqu’au 15 février, on évite l’effet d’aubaine qui verrait de nombreux Belges effectuer leurs achats à l’étranger. Nos pays limitrophes ont en effet décidé de décaler leurs soldes. La France et l’Allemagne, ont, par exemple annoncé des soldes jusque à la mi-février, » détaille Denis Ducarme.

Le chef de groupe MR à la Chambre, Benoit Piedboeuf, voit dans cette proposition de la loi, la suite logique des mesures prises pour soutenir un secteur durement touché : « Les fermetures imposées au cours de ces derniers mois, si elles étaient nécessaires, ont malgré tout eu des conséquences catastrophiques. La majorité des commerces a vu leurs chiffres d’affaires baisser dramatiquement, il fallait en tenir compte. »

La proposition de loi sera définitivement approuvée ce jeudi 21 janvier en séance plénière de la Chambre.