Nos députés ont déposé au Parlement fédéral une proposition de résolution visant à accélérer le processus de ratification du nouveau statut pour les artistes et techniciens du secteur artistique : Florence Reuter, Christophe Bombled, Benoit Piedboeuf, accompagnés dans leur démarche par le député communautaire Charles Gardier, porteur du projet depuis la publication du Centre Jean Gol sur la réforme du statut en octobre dernier.

Les artistes sont des victimes collatérales de la crise sanitaire. Il est donc urgent de leur apporter un support certes conjoncturel mais aussi et surtout structurel et durable. Nous souhaitons aller plus loin et réformer de fond en comble un statut qui qui s’avère inadapté depuis longtemps. Et cela dans le sens d’une plus grande accessibilité, lisibilité, équité, inclusivité et responsabilité.

Nous voulons avancer et rapidement. Par le biais de notre proposition de résolution, nous en appelons à l’ensemble des formations politiques et demandons au gouvernement d’avancer dans le sens de la proposition d’un nouveau statut plus accessible, plus simple, plus équitable, plus inclusif, davantage responsabilisant et plus flexible.

Le système actuel est injuste, discriminant envers les jeunes artistes, n’est pas valorisant, complexe et demande de lourdes démarches bureaucratiques. De plus, il représente un potentiel piège à l’emploi et limite la liberté associative. Nous désirons au contraire accueillir plus facilement les jeunes qui débutent, aménager un statut où l’artiste n’est pas assimilé à un demandeur d’emploi qui doit être contrôlé mais à un créateur qui a parfois besoin d’être soutenu financièrement dans les périodes de création où il n’est pas rémunéré. Nous voulons un statut émancipateur facilitant par la suite, à celui qui le désire, l’accès au statut d’indépendant.

Les demandes au gouvernement fédéral sont détaillés dans le projet de résolution ci-dessous.

Benoît Piedboeuf, chef de groupe, député-bourgmestre en charge de la culture depuis 33 ans à Tintigny, président pendant 25 ans du Centre culturel de Rossignol, initiateur de l’installation d’oeuvres d’art monumentales en province de Luxembourg, président du Centre d’Art contemporain, président des Jeunesses musicales du Luxembourg belge, président du Gaume Jazz Festival, auteur de nouvelles.

“Sans les artistes la vie serait plus terne et il n’est pas nécessaire qu’ils doivent souffrir de leur statut pour le rester. Ils embellissent notre vie, aidons-les à pouvoir vivre mieux. C’est un mythe de croire que la création ne peut naître que dans la douleur.”

Christophe BOMBLED, Député fédéral – Bourgmestre de Cerfontaine, : “Un monde sans culture, sans création artistique, serait un monde qui se meurt. Je ne veux pas connaître un tel monde ! C’est pour cela que je veux agir et donner un véritable statut à nos artistes.”

Charles Gardier, Député – Directeur des Francofolies de Spa, : “j’aurais voulu être un artiste ! je n’aurais pu imaginer un monde sans artistes, sans culture. Nous avons besoin des artistes mais aujourd’hui ce sont eux qui ont besoin de nous. C’est pourquoi, avec mes amis du MR, nous déposons cette réforme du statut des artistes. C’est le combat d’une vie, je suis fier que le MR, mon parti, soit moteur dans ce débat et dans ce combat essentiel à mes yeux. L’importance forte de la culture a percolé à travers l’entièreté de la société.”

Florence Reuter, Députée – Bourgmestre de Waterloo, : “le MR a réalisé un énorme travail de fond depuis des mois sur le sujet mais parce que notre travail peut servir à alimenter le débat, à le faire avancer. Ce qui est fondamental, c’est qu’il existe un département vraiment spécifique associé aux artistes, que ce ne soit pas noyé dans les autres métiers. Qu’on ne puisse pas opposer un article à un autre travailleur car ils sont vraiment spécifiques. L’enjeu fondamental est là : que les artistes puissent être compris, considérés, écoutés.”

Olivier Maroy, Député : “La culture c’est le sang de l’âme. Sans culture on s’assèche. La pandémie aura au moins eu ce mérite : nous en faire prendre conscience. D’une contrainte, nous devons faire une opportunité. Il faut redonner à la culture, et à ceux qui la nourrissent, la place qu’ils méritent. Donner aux artistes et aux techniciens un vrai statut n’est pas qu’une question de droit social c’est sanctuariser ce qui nous unit, ce qui donne un sens à tout le reste. En Fédération Wallonie-Bruxelles, le gouvernement de Pierre-Yves Jeholet a posé des actes concrets en augmentant considérablement les budgets alloués à la Culture. Je suis fier de l’engagement de mon parti en faveur des artistes. Fier d’être libéral !.”

Découvrez l’article dans Le Soir Statut d’artiste: le MR livre sa «Blue Note» 

 

Découvrez la proposition de résolution visant à créer un nouveau statut pour les artistes intermittents et les techniciens intermittents du secteur artistique