Georges-Louis Bouchez était l’invité de Pascal Vrebos ce dimanche 25 mai. Ils ont parcouru ensemble une série de sujets de l’actualité politique de la semaine. En voici les points principaux.

  • Le risque de la montée du populisme:

« Les rentiers de la misère sont le Vlaams Belang et le PTB. Eux vont se réjouir de la situation qui arrive : des licenciements, un climat social plus compliqué… Il faut donc mettre au frigo les bagarres entre démocrates. Ce qui compte c’est le programme ».

« Le PTB a voté contre la confiance à ce Gouvernement et contre les pouvoirs spéciaux. Concrètement ça veut dire que si nous avions suivi le PTB, il n’y aurait même pas de Gouvernement pour faire face à la crise. Ce genre d’attitude irresponsable n’est pas acceptable dans un pays comme le nôtre »

  • Plan de relance:

« Le MR veut plus de justice fiscale. Nous souhaitons donc offrir un cadeau à ceux qui travaillent dur et ceux qui souhaitent travailler. Notre première préoccupation est les classes moyennes et populaires. Aujourd’hui on a le choix :

  • Soit on donne des chèques sans savoir où va l’argent.
  • Soit on dit aux bas et moyens revenus qu’ils vont redémarrer et que leur brut ressemblera beaucoup plus à leur net »
  • Plan culture:

« Il se fera en deux temps

  1. Travailler sur le chômage et y faciliter l’accès
  2. Travailler sur le support à l’économie immédiat et sur la relance à long terme »
  • Négociations fédérales:

« Il faut négocier le plan de relance le plus rapidement possible. Il est toutefois fondamental de ne pas déstabiliser le Gouvernement actuel tant qu’on n’a pas de solution ».

« Si Paul Magnette dit qu’il veut apporter une solution, ce n’est pas en insultant les personnes qu’il le fera. Depuis que je suis président du MR, je veille à ne jamais attaquer mes collègues, je les invite à faire de même »

  • Valorisation du personnel infirmier:

« Ils ont été trop longtemps les parents pauvres du secteur médical. Je souhaite qu’il puisse intégrer les lieux de négociation pour que ce personnel soit associé aux  discussions sur leur rémunération, mais aussi en matière de cadre de travail. Nous manquons de personnel hospitalier parce que la profession n’est pas assez valorisée. Nous devons travailler à cela sans attendre »

  • Retrait des arrêtés royaux concernant le personnel infirmier :

« Ils ont été adopté au début du mois d’avril et n’ont été publiés que trop tardivement, au moment où ils n’étaient plus utiles. C’est une erreur de gestion que nous reconnaissons et nous présentons nos excuses »

  • Nombre de ministres de la santé:

« Je suis pour une refédéralisation des soins de santé. Quand on a 9 ministres de la santé, c’est qu’il y a un problème »

  • Finances publiques:

« L’Allemagne est un pays qui a mené de la rigueur budgétaire et ce pays a aujourd’hui la plus grande capacité d’emprunt pour relancer son économie. Cela prouve que, quand ça va bien, il faut gérer les finances publiques correctement. Ces économies servent dans des catastrophes inattendues comme celle que nous vivons aujourd’hui »

  • Débat public:

« Le problème en Belgique c’est qu’on travaille à coups de slogans. On ne peut pas aborder les réformes au fond des choses. C’est pourtant fondamental »

  • Liberté de la presse:

« Je respecte mille fois la liberté de la presse. Nous avons la liberté d’expression, mais la liberté d’expression implique aussi le droit à la critique »

 

  • Khattabi à la Cour Constitutionnelle :

« A la première présentation à la Cour Constitutionnelle, nous avions soutenu Zakia Khattabi. Le fait de la représenter une nouvelle fois sans éléments nouveaux, ce n’est pas respecter la démocratie. On n’a pas à tordre le bras à la démocratie en cassant une jurisprudence. »

  • Agression de policiers à Anderlecht :

« Il n’y aucune explication valable, dans une démocratie, dans un Etat de droit, pour justifier que l’on frappe au visage un policier qui est à terre »

  • Brussels Airlines:

« En bon libéral, je connais un principe : celui qui paie décide. Il faut avoir son mot à dire sur la stratégie de l’entreprise si l’Etat belge y met de l’argent »

  • Politique wallonne:

« Sur le plan humain, j’apprécie Elio Di Rupo et je l’ai toujours dit. Son comportement facilite beaucoup de choses en Wallonie et je le salue »

  • Environnement:

« Sur les thèmes écologiques et environnementaux, nous pouvons nous entendre plus que ce que l’on pourrait imaginer avec Jean-Marc Nollet »

  • 5G:

« Je suis en faveur du progrès technologique. Je pense qu’il faut un vrai débat public avec des spécialistes, de manière apaisée »