Pierre-Yves Jeholet, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) était invité de Fabrice Grosfilley sur Bel RTL ce mercredi 27 mai. Pierre-Yves Jeholet a abordé deux grands points : la reprise des cours pour les élèves en maternelle et la digitalisation de l’enseignement.

 Au sujet de la reprise des cours pour les maternelles, Pierre-Yves Jeholet affirme qu’il n’y a pas encore de décision. Toutefois, il y aura des contacts entre les ministres de l’enseignement et le GEES (groupe d’experts en charge du déconfinement). Ensuite, un comité de concertation se réunira avec la Première ministre, le Kern et les Ministres-Présidents. Pierre-Yves Jeholet espère pouvoir donner une réponse claire le plus rapidement possible sur la réouverture des classes de maternelles. A ce titre, les experts affirment qu’il serait impossible d’imposer la distanciation physique aux maternelles. Il rappelle que toutes les décisions prises par le Conseil national de sécurité et le comité de concertation sont prises sur base des rapports du GEES.

Concernant la réouverture générale des écoles, Pierre-Yves Jeholet qualifie l’approche actuelle de très contraignante. Le Ministre-Président de la FWB souhaite assouplir ces mesures intelligemment M. Jeholet rappelle dès lors que le cas des primaires est très différent de celui des maternelles. Les primaires attirent toute l’attention du Ministre-Président de la FWB. En effet, il s’agit d’un cas sensible, où demeure un problème de distanciation à régler rapidement. De manière générale, les pédiatres disent que le risque psychologique, social et affectif est plus important que le risque sanitaire pour les enfants.

Pierre-Yves Jeholet ne souhaite pas rentrer dans un jeu de surenchère avec la Flandre. Pour lui, il ne faut pas inquiéter les citoyens en créant de la confusion. Au contraire, il faut que ceux-ci adhèrent aux mesures. De plus, les acteurs de l’enseignement doivent également adhérer aux futures mesures. Monsieur Jeholet comprend l’anxiété légitime du monde de l’enseignement et souhaite dès lors continuer à avancer phase par d’ici le mois de juin. Il faut pour lui anticiper et réussir la rentrée du 1er septembre, comme ce fut le cas le 18 mai. Cette rentrée de septembre se fera avec une obligation scolaire. En effet, les experts sont moins inquiets qu’au début sur la transmission du virus par les enfants.

Le numérique en complément au présentiel

Par ailleurs, le numérique aidera à éviter le décrochage scolaire. Pierre-Yves Jeholet explique que si la présence en classe n’est pas possible, le volet numérique aidera. Celui-ci permettra la remédiation à distance par exemple.

Caroline Désir, Ministre de l’enseignement et Pierre-Yves Jeholet travaillent assidument sur ce dossier. Ils souhaitent qu’un maximum d’élèves soit équipé en matériel informatique. L’argument de la fracture numérique ne peut plus durer. Le Gouvernement de la FWB continuera à agir pour éviter la fracture sociale. Tout le monde doit pouvoir avoir accès à de nouveaux apprentissages.

Attention toutefois que le numérique n’implique pas que le matériel. Monsieur Jeholet explique qu’il y a le choix des plateformes de travail et des outils utilisés. De plus, la formation des enseignants et la sensibilisation des directeurs d’établissements ont aussi un rôle indispensable.

La politique, un monde de confiance

A la question du journaliste quant à l’ambiance au Gouvernement de la FWB, son Ministre-Président répond qu’elle est très bonne. Il souligne en effet que la politique est un monde de confiance. Cette confiance s’acquiert entre collègues, en travaillant ensemble. C’est en instaurant un tel climat de confiance, dans le respect de l’autre, que les choses avanceront.

Pierre-Yves Jeholet annonce que le président du PS et son homologue du MR sont d’accord sur un plan de relance et de redéploiement. Pour lui, c’est absolument indispensable.