Dans un communiqué commun avec la Première Ministre, Philippe Close reconnait que la décision d’organiser la manifestation contrevient aux directives déterminées par le CNS. Le MR demande la tenue d’un Conseil communal extraordinaire pour faire toute la transparence sur la gestion de la manifestation et ses dérapages.

Des réponses aux questions

Aujourd’hui, après une rencontre avec la Première Ministre, Philippe Close et cette dernière ont communiqué que « la tenue de l’événement – dans sa forme et dans son déroulé – contrevient aux directives déterminées par le Conseil National de Sécurité ». Le Bourgmestre reconnaît donc bien les erreurs reprochées hier par le MR de la Ville de Bruxelles. « Nous demandons la tenue d’un Conseil communal extraordinaire pour faire toute la transparence sur la gestion de cette manifestation : Combien de policiers étaient sur le terrain ? Pour le MR, trop peu ! A quelle heure le Bourgmestre a-t-il donné l’autorisation aux agents d’intervenir contre ces voyous ? Pour le MR, trop tard ! Pourquoi ne pas avoir réagi à l’appel à l’aide de policiers sur le terrain ? Quelle était la stratégie qui consistait à ne pas intervenir directement contre les casseurs ? » s’interroge David Weytsman Député et Chef de Groupe MR à la Ville de Bruxelles.

Rappel des faits

« Le MR de la Ville de Bruxelles tient à rappeler son soutien entier à la cause de la manifestation et qu’il s’associe activement à la lutte contre le racisme et toutes les formes de discriminations. Cependant, nous rappelons que malgré les promesses qu’avaient formulées le Bourgmestre Close, il n’y a eu aucun respect des règles du CNS » déclare David Weytsman.

Il ajoute « Nous dénonçons le laxisme de Philippe Close dans la gestion de la manifestation et ses nombreuses erreurs » ! Tout d’abord son erreur de jugement pour avoir autorisé ce rassemblement. Ensuite, les problèmes de gestion de la manifestation. Suite à ceux-ci et aux nombreux policiers blessés, le SLFP Police a déposé un préavis de grève. Enfin, l’ordre public n’a pas été maintenu et ce sont les commerçants, les riverains et les policiers qui en ont fait les frais.

Force est de constater qu’au lendemain de la manifestation, le Bourgmestre de la Ville de Bruxelles a préféré soulever le fait que ce serait le thème de la manifestation qui pose problème au MR. « Non, c’est un mensonge. Une ligne rouge franchie ! Je continuerai à lutter en priorité contre le racisme mais je continuerai aussi à interroger le Bourgmestre sur sa gestion aussi. C’est mon rôle comme chef de groupe du MR ! » rappelle David Weytsman.