Ce mercredi 3 juin 2020, les Ministres fédéraux David Clarinval et Denis Ducarme étaient invités respectivement sur La Première et Bel RTL pour l’interview politique matinale. David Clarinval a principalement abordé la phase 3 du déconfinement. Denis Ducarme, quant à lui, a principalement discuté de l’avenir de l’horeca.

Le Vice-Premier ministre David Clarinval introduit son propos sur le déconfinement en indiquant que les voyants sont au vert. Il souhaite à ce titre remercier les Belges pour leurs efforts. Grâce aux efforts de tous, le Conseil national de sécurité (CNS) pourrait libérer la majorité des secteurs. M. Clarinval explique que tous les secteurs devraient rouvrir, horeca compris, à l’exception ce certains, comme les dancings par exemple. Dès lors, nous changeons maintenant de philosophie de déconfinement. Jusqu’à présent tout était confiné sauf certains secteurs qui étaient libérés. Aujourd’hui, le CNS devrait libérer la totalité des secteurs, à l’exception de certains.

Denis Ducarme, Ministre des Indépendants et des PME, ajoute que le 8 juin est une étape cruciale. C’est en effet à cette date que devrait rouvrir l’horeca. L’objectif est que le restaurateur puisse reprendre ses activités en toute sécurité. Cette sécurité implique trois volets. Celui de l’employé, du restaurateur et du client. Denis Ducarme n’oublie pas les cafetiers qui travaillent seuls. Le CNS adaptera certaines mesures à leur égard.

La phase 3 de déconfinement devrait impliquer d’autres mesures de soutien. Un exemple très concret : le chèque horeca. L’employeur le donnerait, sans obligation: celui de ’employé pourrait ensuite le dépenser dans l’horeca. Denis Ducarme ajoute à cela que ce chèque pourrait éventuellement être élargi au secteur culturel.

Le Ministre des Indépendants et des PME tranche la question de l’enregistrement des clients dans les restaurants. Ce procédé est aujourd’hui illégal parce qu’il ne respecte pas le RGPD. Les clients ne devront donc pas s’enregistrer quand ils iront au restaurant. Concernant le nombre de clients par table, le sujet est toujours en discussion. Notons néanmoins que Denis Ducarme ne souhaite pas imposer de limites excessives. Le Ministre des PME le regrette, mais il ne devrait pas y avoir de baisse de TVA sur l’alcool.

Notons toutefois que la réouverture des restaurants n’impliquerait pas la suppression du chômage économique. Le CNS devrait également maintenir le droit passerelle. Pourraient en profiter les indépendants qui n’ont pas de progression de leur chiffre d’affaire. De plus, le moratoire sur les faillites n’est actuellement pas prolongé. Denis Ducarme s’engage à ce titre à continuer de réfléchir à la manière de protéger au mieux les entreprises.

Aujourd’hui, nous devons toujours nous protéger les uns les autres. C’est pourquoi la distanciation sociale demeure mais il devrait y avoir une plus grande flexibilité. Les bulles devraient être au-delà des 4 personnes actuelles. David Clarinval explique qu’il faudra continuer de veiller à ce que les chiffres soient plus homogènes entre secteurs. Par ailleurs, Denis Ducarme affirme qu’il ne s’agira pas d’un retour à la vie d’avant. Le CNS tente d’allier au mieux liberté et sécurité.

Sur le sujet des négociations fédérales, David Clarinval réitère que le Mouvement Réformateur est prêt à discuter. Le plan de soutien du MR est sur la table, il faudra embrayer avec un plan de relance. Mais pour procéder ainsi, il faut former une majorité.