Communiqués

La mobilisation de l’épargne privée pour sortir de la crise

Ces derniers mois, pour faire face à la crise sanitaire, le Gouvernement wallon a dû augmenter significativement ses dépenses, mobiliser la trésorerie et faire face à des pertes de recettes importantes.

Au 30 juin 2020, 4,014 milliards ont été levés pour financer l’année 2020, crise COVID inclue. Dans la perspective de la sortie de crise, il est aujourd’hui indispensable de poursuivre le soutien aux différents secteurs touchés par la crise tout en garantissant une situation financière saine à notre Région.

 

La mobilisation de l’épargne privée, sur base volontaire uniquement, en faveur de projets socio-économiques ciblés est une piste étudiée depuis plusieurs mois par le Ministre du Budget et des Finances. Les pistes envisagées ciblent l’épargne des particuliers ainsi que le financement par des investisseurs institutionnels (fonds de placement, compagnie d’assurance). Ces pistes ne poursuivent pas un but purement financier au vu des taux d’intérêts extrêmement bas sur le marché mais visent à donner du sens à la finance pour les citoyens qui souhaitent investir de façon solidaire au redressement de la Wallonie.

 

Des pistes possibles, non exhaustives et « combinables »

 

  1. Emprunt public (retail bond)

 

Cette première piste correspond à l’émission de titre de la dette publique wallonne directement à l’attention des ménages. Selon de premières estimations, une telle émission pourrait permettre de lever entre 100 et 150 millions €.

 

Cet emprunt public, qui devrait notamment être soumis à un accord du fédéral, viendrait soutenir une liste de projets précis gérés par la Région liés, soit directement à la gestion de la crise, soit au soutien des secteurs d’activités les plus impactés C’est en cela qu’il serait différent des emprunts obligataires plus classiques

 

  1. Combobonds

 

Le ComboBond est une variante de l’emprunt public. Il s’agit d’une version citoyenne des « Green / Social/Sustainable Bonds », c’est-à-dire que l’émetteur, autrement dit la Région, garantit l’utilisation du capital pour une liste de projets spécifiques. Il se distingue de l’émission publique par l’utilisation d’un taux d’intérêt mixte :

  • Une partie fixe comme dans un emprunt obligataire classique
  • Une partie variable qui pourrait être influencée à la hausse par la réalisation d’indices socio-économiques durables.
  • Economique : ex. L’augmentation de l’emploi
  • Social : ex. L’augmentation du revenu moyen par habitant
  • Environnemental : ex. une diminution des émissions de CO2

Chaque citoyen pourrait donc agir à son niveau pour espérer augmenter son rendement : soutien des commerces wallons, isolation des maisons, mobilité douce, …

 

Des estimations donnent à la Wallonie un pouvoir d’attraction de 130 millions € avec un ComboBond optimisé.

 

  1. Fonds d’investissement « Covid-19 »

 

Là où les deux premières pistes mobilisent l’épargne privée avec une gestion presque entièrement publique, cette piste entrainerait une co-gestion du public et du privé. Il s’agit de créer un fonds d’investissement, avec une durée de vie limitée afin de répondre à la relance post-covid.

 

La constitution, les modalités et l’opérationnalisation de ce fonds dépendraient de l’objet précis du fonds (PME, infrastructures, …), de la possibilité d’octroyer une garantie par la Région ou un assureur tiers, d’octroyer un avantage fiscal (sous forme de réduction d’impôt, de crédits d’impôts ou d’exonération) ou encore de la répartition de la gestion entre opérateurs privés, publics et institutionnels.

 

  1. Crowdlending

 

Le Crowdlending est une forme de financement participatif appartenant à la famille du CrowdFunding, Un porteur de projet soumet sa demande de financement à un large public via une plateforme de Crowdlending, En échange de se financement, les prêteurs seront remboursés et rémunéré grâce aux versements d’intérêts.

 

Dans ce cadre, la Région pourrait soit soutenir des plateformes existantes pour inciter les citoyens à soutenir des projets locaux ou recourir à des plateformes pour financer des projets spécifiques liés à la politique régionale

 

Quelques exemples de politiques régionales qui pourraient s’articuler autour de ces pistes :

 

  • La piste des « innovation bonds » ou « digital bonds » (retail bonds ou combo bonds) serait intéressante pour des grands projets dédiés à l’innovation et au digital sur la période 2021-2024 :
  • Innovation au sein des hôpitaux, télescope Einstein, développement du centre spatial de Liège, …
  • Transformation numérique des processus de fabrication (Entreprise 4.0), projet BeCode (formation en développement informatique ou codage), …
  • Afin de renforcer la solvabilité des PME, la création d’un fonds d’investissement serait une piste pour leur permettre un financement alternatif. Certains estiment en effet qu’elles mettront entre 1 et 2,5 ans pour reconstituer les fonds dont elles disposaient avant la crise. Ce fonds pourrait être combiné à d’autres outils actuellement sur la table du Gouvernement (prêt coup de pouce).
  • Des incitants fiscaux seraient également intéressants pour pousser les citoyens à soutenir le secteur du logement public et plus particulièrement les agences immobilières sociales.