Bien-êtreEnseignementEurope & International

Interdiction du clonage animal : Les députés européens mécontents

C’est une véritable passe d’arme qui a opposé ce matin les députés européens et le Commissaire européen à la santé, Vytenis Andriukaitis. Le Parlement européen est clairement en désaccord avec la volonté de la Commission européenne. Cette dernière veut limiter l’interdiction du clonage animal, évoquant notamment un avis de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments. Cet avis, rédigé en 2008, soulignait le taux de mortalité très important associé au clonage.

Les députés européens ont voté pour un texte beaucoup plus contraignant

C’est donc sans surprise que les députés européens, dont les 3 représentants du MR, ont voté ce midi. Le texte voté est beaucoup plus contraignant (529 pour, 120 contre, 57 abstentions). Il étend le champ de l’interdiction à tous les descendants d’animaux clonés, aux  produits germinaux (sperme et embryons) et encore à toute forme de commercialisation de ces produits dans l’Union européenne. Un système obligatoire de traçabilité est aussi préconisé par le Parlement européen.

Frédérique Ries, membre MR de la commission de la sécurité alimentaire, se félicite de cette approche très ambitieuse. Elle s’exprime comme suit : “ un vote qui prend en compte les inquiétudes exprimées par une majorité d’États membres et de citoyens, même si sur certains points, le texte va trop loin, je pense à la remise en cause du caractère temporaire de l’interdiction du clonage animal qui me parait irréaliste et fait peu de cas des perspectives en matière de recherche. ”

D’un autre côté, la députée libérale reconnaît une réalité. “Rien ou presque n’a été fait depuis l’échec des négociations sur le Règlement ‘Novel food’ en 2011. En 2010, la Commission jugeait pourtant “approprié” l’établissement de mesures de traçabilité, exigées AUSSI par le Conseil. Cinq ans plus tard on attend toujours une mesure concrète de la Commission en faveur des consommateurs.”

Les négociations seront difficiles

Et Frédérique Ries de conclure: ” les négociations qui s’annoncent en Trilogue seront difficiles. La Commission européenne doit comprendre une chose: le Parlement européen s’opposera toujours à une législation au rabais sur une question aussi sensible, où la science, mais aussi l’éthique, la protection des consommateurs et le bien-être animal doivent être pris en considération. “