La Ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Glatigny a organisé hier soir une visioconférence rassemblant les universités, les hautes écoles, les écoles supérieures des arts, les étudiants, l’ARES et les syndicats, en présence de l’épidémiologiste Marius Gilbert.

L’objectif de cette réunion de concertation était de préparer au mieux la seconde session et l’organisation de la rentrée académique 2020.

La Ministre y a indiqué l’importance de revenir, autant que possible, à un enseignement en présentiel pour la prochaine année académique. Une attention particulière sera portée aux personnes fragilisées, pour lesquelles un protocole d’encadrement spécifique est prévu, et à la capacité logistique des établissements d’enseignement supérieur (auditoires, etc.).

Ce retour à la normale devra de toute façon se faire progressivement et dans le respect des règles sanitaires en vigueur. De nombreux établissements ont déjà développé des aménagements permettant une rentrée adaptée à l’épidémie.

Durant les discussions, un consensus s’est dégagé pour considérer que les étudiants qui entameront des études supérieures devraient être les premiers à profiter d’un enseignement en présentiel, ceci afin d’assurer une transition avec l’enseignement secondaire et de faciliter l’acquisition des « codes » de l’enseignement supérieur.

Enfin, la Ministre a tenu à saluer une nouvelle fois l’engagement total de la communauté académique qui, dans des conditions inédites, s’est mobilisée afin de permettre aux étudiants de passer leurs épreuves dans les meilleures conditions possible.

Afin de pouvoir tirer les enseignements de la crise sanitaire, la Ministre a demandé la semaine dernière à l’Administration générale de l’Enseignement, en collaboration notamment avec l’ARES, de réaliser une enquête pour mettre en valeur les bonnes pratiques développées durant la crise sanitaire. Cela permettra de valoriser le travail effectué par nos professeurs pendant la crise, et d’améliorer notre enseignement supérieur.