David Leisterh, président du MR bruxellois, s’est exprimé ce 8 juin sur les ondes de La Première. Il est revenu sur la manifestation contre le racisme et les violences policières qui a eu lieu dimanche.

David Leisterh rappelle tout d’abord que le combat contre le racisme est noble et essentiel. C’est pour cela que le Monde se lève depuis plusieurs jours. « Ce qui nous rend différent, ce n’est pas la couleur de notre peau. Mais la couleur de nos pensées. La pensée raciste tue, blesse, chaque jour, malgré les progrès, malgré que nous soyons en 2020 » ajoute le président du MR bruxellois.

Toutefois, le libéral questionne la méthode. En effet, entre 10.000 et 20.000 manifestants ont occupé les rues de Bruxelles ce dimanche. Il cite comme exemple l’image des manifestants sur la place Poelaert ne se tenant pas à une distance suffisante.

Le bourgmestre socialiste de Bruxelles Philippe Close s’était engagé à respecter les règles sanitaires édictées par le Conseil national de sécurité (CNS). Une marche statique avait à ce titre été évoquée. Force est de constater que ce ne fut pas le cas.

Le président du MR bruxellois appelle le bourgmestre de la ville à prendre ses responsabilités. Philippe Close doit, pour lui, rendre des comptes en s’expliquant sur la situation. Si ce dernier ne tire pas les conséquences de ses actes, le MR interpellera le Ministre de l’Intérieur. Son implication viserait à déterminer la gravité de l’acte du bourgmestre de la capitale belge.

La comparaison avec d’autres villes européennes n’a pas lieu d’être. M. Leisterh explique que chaque pays déconfine comme il l’entend. En Belgique, le CNS est compétent en la matière. Il édicte des règles claires, que tout le monde doit respecter.

David Leisterh souligne également que la pression médiatique retombe au sujet de l’épidémie. Le virus est néanmoins toujours présent. Entre 15 et 20 personnes décèdent encore chaque jour. Par ailleurs, plusieurs milliers de commerçants sont au bord du gouffre.

Le président du MR Georges-Louis Bouchez trouve inacceptable les insinuations de Philippe Close. Le Mouvement Réformateur se mobilise chaque jour dans la lutte contre le racisme. Hier encore, le parti libéral a marqué sa solidarité à l’écart de la manifestation.

En conclusion, le signe que Philippe Close envoyait hier est extrêmement grave pour David Leisterh. Un bourgmestre garant de la loi doit s’expliquer sur cet acte ne respectant pas les mesures sanitaires du CNS.