Le nombre d’indépendants n’a jamais été aussi élevé : il atteint aujourd’hui le sommet de 1.050.402.

Si l’on se concentre sur les indépendants à titre principal, l’augmentation est spectaculaire : le nombre d’indépendants à titre principal a augmenté de 18.450, c’est-à-dire une augmentation de 2,66 % (nombre arrêté au 30/09/2016). Cela signifie donc que chaque mois depuis 2015, ce sont en moyenne 878 nouveaux indépendants qui se lancent. C’est un chiffre impressionnant qui démontre que les actions du Gouvernement fédéral vont dans le bon sens.

A titre de comparaison, pour l’année 2013, l’augmentation n’était que de 0.0289 %… Cette comparaison donne encore un relief plus important à cette spectaculaire augmentation.

Des mesures du gouvernement qui paient

« On voit que les mesures de soutien aux Indépendants et aux PME prises par le Gouvernent payent. On constate très largement que l’amélioration considérable du statut social des indépendants encourage de nombreux belges à franchir le pas de l’aventure entrepreneuriale », précise le Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l’Agriculture et de l’Intégration sociale Willy Borsus. Ces mesures de soutien rentrent très clairement dans les objectifs fixés par le gouvernement fédéral lors de son installation il y a 2 ans. A savoir: l’augmentation du pouvoir d’achat, et la création d’emplois, passant nécessairement par le soutien aux indépendants.

Même constat du côté des starters : on a passé la barre des 100.000 en 2015. C’est à nouveau un chiffre qui démontre le dynamisme ambiant actuel dans ce secteur.

Enfin, et c’est à nouveau une très bonne nouvelle, les intentions d’engagement des PME battent tous les records : d’après une étude de SD Worx, 36,3% d’entre elles envisagent d’embaucher dans le courant de 2017, alors qu’elles n’étaient que 28,3% à le prévoir l’an dernier. Des intentions d’engagement, qui, si elles se confirment, promettent une création d’emplois importante. C’est une excellente nouvelle dans un des objectifs du Gouvernement fédéral, à savoir la diminution du taux de chômage.