Interview La Capitale – SudPresse : Samedi 30 janvier 2021

Le Président Georges-Louis Bouchez a accordé un entretien au quotidien La Capitale à propos de Bruxelles.

Nous avons besoin d’une politique digne d’une capitale de cette envergure. Nous sommes dans l’opposition depuis plus de 15 ans à Bruxelles et nous observons pantois une politique qui mène petit à petit à sa perte. Paupérisation, discrimination, saleté, insécurité, mobilité, autant de points délétères qui demandent une prise de conscience du gouvernement. La répartition du budget européen entre les régions et le peu qu’a obtenu Bruxelles est un indicateur pertinent du manque d’ambition qui règne actuellement.

Nous avons besoin d’une stratégie de relance ambitieuse, d’un plan logement à la hauteur de nos classes moyennes et populaires.

La formation et l’emploi sont au point mort et les chiffres sont alarmants. Nous avons un objectif de taux d’emploi de 80% et il est impossible d’y parvenir en l’état actuel des choses. 60% des demandeurs d’emploi à Bruxelles n’ont pas de diplôme de secondaire supérieur, or le marché de l’emploi bruxellois est exigeant sur le niveau d’études.

Il y’a un problème dans la politique des quartiers et la gestion des communautés. La gauche au pouvoir depuis tout ce temps a enfermé les communautés dans des leurres idéologiques afin de mieux pouvoir les utiliser. Résultat : nous avons des communautés qui vivent les unes à côté des autres et non les unes avec les autres, ce qui en tant que libéraux, nous cause de la tristesse. Que l’on cesse d’importer des combats idéologiques ! Nous voulons faire passer le message qu’il y’a de la place pour tout le monde, que notre jeunesse regorge de talents et nous souhaitons que chacun devienne ce qu’il veut devenir. Tout le monde a le droit à la réussite !

Découvrez l’intégralité de l’interview dans La Capitale 

Découvrez l’intégralité de l’interview dans SudPresse

 

Interview La Libre : Jeudi 28 janvier 2021

Depuis des mois maintenant, notre espace médiatique est envahi par les experts en tous genres, ceux qui ont un avis et crient à la catastrophe tous les jours. Cette virocratie devient anxiogène et délétère. Nous avons besoin d’une communication positive, cohérente et de perspectives. Notre Président Georges-Louis Bouchez a rappelé ces principes notamment à Marc Van Ranst qui contredit les propos du gouvernement qu’il a lui-même conseillé juste avant. Cela crée de la confusion et freine l’adhésion aux mesures. Un expert conseille, le politique décide. Prédire la fin du monde en jouant les Cassandre chaque jour n’a aucun effet sur l’adhésion des mesures et ne contribue pas à l’intérêt général. Les propos ont fait l’objet d’une interview dans La Libre Belgique.

Découvrez l’intégralité de l’interview dans La libre 

Les propos ont été largement relayés dans la presse, notamment au Nord du pays dans la célèbre émission Terzake (VRT). En voici un extrait.

Egberg Lachaert, Président du parti frère Open VLD s’est également exprimé dans ce sens en exhortant les virologues à la responsabilité en ne diffusant pas des informations incertaines et anxiogènes. Retrouvez l’essentiel de ses propos ici