Contexte du conclave

1. Du jamais vu

La crise sanitaire mondiale et les inondations meurtrières et destructrices de juillet dernier ont fait rentrer la Wallonie en phase d’urgence absolue.

Le déploiement de l’intervention publique, avec l’investissement de sommes colossales, a atteint un niveau jamais égalé depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Nonobstant ce terrible contexte, le Gouvernement de Wallonie présente un budget qui respecte la trajectoire de retour à l’équilibre budgétaire en 2024 pour ce qui concerne la gouvernance ordinaire de la Région.
C’est ainsi que le solde de financement ne dépasse pas 207 millions d’euros.

 2. Les paramètres macro-économiques :

Si l’évolution de la situation macro-économique semble s’améliorer au niveau de la croissance du PIB, il convient toutefois de rester attentif à l’évolution de l’inflation et à son impact sur les dépenses publiques wallonnes.

3. Des recettes en hausse pour environ 600 millions EUR grâce à :
  • Des recettes d’impôt régionaux exceptionnelles.
  • Des recettes IPP solides (du fait des mesures prises en réponse à la COVID).
  • Un impact positif des paramètres macro sur les moyens liés aux compétences transférées (6° Réforme de l’Etat)

Un fil rouge : la soutenabilité de la dette wallonne

Pour permettre le financement des investissements liés à la reconstruction des zones sinistrées, en y intégrant la lutte contre le réchauffement climatique, à la relance socio-économique et les mesures covid, il faut impérativement des moyens financiers importants.

Nonobstant cet impératif, la volonté du Gouvernement est d’être solidaire des générations futures qui ne devront pas porter tout le poids d’une dette paralysante. Aussi, dès la confection du budget initial 2022, une attention toute particulière a été portée sur la soutenabilité de la dette wallonne.

Une présentation du rapport intermédiaire de la Commission externe de la dette et des Finances publiques a été faite en introduction du conclave budgétaire.
D’une manière générale, une dette publique est soutenable si le Gouvernement est jugé capable de stabiliser le ratio d’endettement avec un retour à une trajectoire de dette maitrisable. C’est dans cet impératif que le Gouvernement s’est inscrit. Cette attitude responsable favorise l’accès au crédit à de bonnes conditions, ce qui permet au Gouvernement wallon :

  • D’absorber les chocs (Covid, Inondations…).
  • D’investir dans l’avenir et la croissance à long terme.

Une stratégie crédible de retour à une trajectoire de dette soutenable évitera, à terme, une austérité brutale qui pénaliserait la croissance, augmenterait les inégalités sociales et mettrait en péril les nécessaires investissements dans la transition climatique.

La stratégie de soutenabilité de la dette sera graduelle (minimiser l’impact économique), intelligente (assurer un équilibre entre efficience et équité des mesures) et surtout inscrite dans la durée (pour réduire la vulnérabilité aux chocs).

 

Concrètement, un effort structurel cumulatif de réduction du déficit à 1% des recettes (environ 150 millions par an) doit être envisagé. C’est le cas pour le budget 2022. Basé sur un solde brut à financer de 4,286 milliards, le solde brut devra donc s’élever à maximum 4,136 milliards en 2022. Il sera en réalité de 4,134 Milliards d’euro.
Cet effort se traduirait structurellement par, notamment une stabilisation dès 2024 et une inflexion positive du ratio d’endettement dès 2026.

 

 

 

Les grandes décisions du conclave Budget initial 2022

Un budget ordinaire qui garde le cap

Trajectoire 2020-2024 :

Le déficit public (hors Covid, Inondations et Relance) est maîtrisé et est conforme aux projections initiales 2020-2024.

Solde brut à financer et besoins de financement

Après conclave, le Gouvernement a atteint l’objectif fixé pour répondre à la soutenabilité de la dette avec un solde brut à financer de 4,134 milliards EUR. Par ailleurs, les besoins de financement propres à la Région, restant à couvrir en 2022 sont estimés à 2,5 milliards EUR grâce notamment au travail réalisé en 2021 avec la cellule de la dette et différents partenaires (Gouvernement Fédéral, BEI,…).

 

Les dépenses liées à la Relance, au Covid, et aux Inondations

Parmi les dépenses importantes (one shot) de la Wallonie en 2022, il convient de relever les montants très significatifs consacrés aux différentes crises actuellement traversées à savoir la Covid, les Inondations, et la nécessaire Relance.

A ce stade, ces dépenses se traduisent dans le budget 2022 à hauteur de :
– Relance et Résilience (Hors RRF ) : 1,74 milliard EUR
– Inondations : 735 millions EUR
– Covid : 362 millions EUR

Mobilisation des trésoreries

Grâce notamment à la collaboration avec les différents organismes de la Région (UAP), qui représentent environ deux tiers du budget régional, un soulagement de la trésorerie a été effectué à hauteur de près de 200 millions EUR (via des recettes exceptionnelles ou des moindres dotations).

Par ailleurs, un travail approfondi continue au niveau d’une centralisation complète de la trésorerie wallonne.

Réformes structurelles envisagées

Plusieurs réformes structurelles, pour certaines déjà en cours d’implémentation, ont été identifiées :

– Fusion des outils financiers
– Intégration du Centre Régional d’Aide aux Communes au SPW Intérieur et Action Sociale
– Intégrer le permis d’implantations commerciales dans le Code du Développement Territorial
– Fusion de l’Office Économique Wallon du Bois et de Ressources Naturelles Développement
– Rapprochement des acteurs du secteur de l’eau
– Réforme des aides à l’emploi
– Réforme des aides à la formation

Aucune nouvelle taxe

L’effort collectif réalisé lors de ce conclave permet également au Gouvernement wallon de confirmer sa promesse : aucune nouvelle taxe ne sera levée en Wallonie.

La synthèse du budget 2022