Skip to main content

Un millier de militants du MR étaient réunis au Dockx à Schaerbeek ce dimanche 23 octobre, pour le premier congrès Belgium 2030. Ils ont massivement apporté leur soutien à 21 propositions visant à faire de la Belgique un pays numérique, efficace, autonome énergétiquement et de plein emploi.

Belgium 2030 est un processus évolutif, organisé en plusieurs phases. Celle qui s’est clôturée dimanche a débuté voici deux ans. Une vingtaine de débats ont été organisés à Bruxelles et en Wallonie, concernant les enjeux de la fiscalité et de l’emploi, de l’énergie, de l’efficacité de l’Etat et du numérique. Des instants rares de partage et d’échange d’idées afin de redéfinir notre projet libéral.

Comme l’a souligné le président du MR Georges-Louis Bouchez dans son discours de clôture, le monde politique fait aujourd’hui face à deux réalités contradictoires : il doit se projeter dans l’avenir mais la population attend aussi que l’on s’occupe de ses difficultés immédiates. « Le MR veut allier les deux impératifs et préparer le bicentenaire de la Belgique en positionnant la Belgique comme un pays moderne, tourné vers l’avenir et capable de relever les défis. Mais pour cela, il faut mener les réformes maintenant et ne pas attendre 2029. Et les avoir en tête en vue des élections de 2024 », a expliqué Georges-Louis Bouchez.

Avant cette prise de parole, diverses personnalités libérales ont présenté les propositions soumises au vote. Mathieu Michel, David Weytsman, Adrien Dolimont, Alexia Bertrand, Aurélie Czekalski, Davi Leisterh, Christophe Bombled, Anne Laffut, Daniel Bacquelaine… Les militants ont ensuite voté favorablement les propositions portant par exemple sur la création d’une carte d’identité digitale sécurisée, la limitation des allocations de chômage à deux ans avant l’âge de 55 ans, un revenu de base plafonné qui remplacerait les diverses allocations sociales, une diminution de la fiscalité sur le travail, la réfédéralisation de certaines compétences, la diminution du nombre d’élus, la prolongation de cinq réacteurs nucléaires…

Le processus Belgium 2030 se poursuivra en 2023 avec d’autres débats qui porteront par exemple sur la sécurité et la justice, l’asile et la migration, l’enseignement, la mobilité… Un nouveau congrès validera les propositions qui s’en dégageront à la fin de l’année prochaine.

Découvrez le discours du président du MR lors du congrès