Fruit d’un accord politique réunissant la plupart des partis et les partenaires sociaux, le Fonds blouses blanches consacre 402 millions d’euros pour financer la création d’emplois, améliorer les conditions de travail et la formation du personnel médical. En pratique, 354 millions d’euros seront prévus chaque année, de manière structurelle, pour améliorer la situation dans le secteur des soins de santé.

Le MR, particulièrement impliqué au sein des différents groupes de travail, se réjouit du vote intervenu ce jour en Commission de la Chambre, en ce compris ses amendements concernant le volet infirmiers indépendants.

« Depuis le début des discussions autour du Fonds, nous avons plaidé prioritairement pour que l’on vise l’augmentation du nombre d’infirmiers au sein de nos hôpitaux. Nous nous rapprochons de la norme internationale d’encadrement (1 infirmier pour 8 patients) mais nous ne l’atteignons pas encore. Ce financement va y aider. Car il faut impérativement améliorer les conditions de travail des infirmiers ! Après avoir passé ce pic pandémique inédit, c’est un nouveau signal fort pour le personnel soignant mais il faut poursuivre et notamment aussi pour les infirmières et infirmiers indépendants, qui représentent une partie significative du personnel soignant », explique Caroline Taquin, Députée fédérale. Tout autant que le personnel salarié, ils méritent une juste reconnaissance de leur travail. 

« C’est pourquoi nous avons introduit dans le cadre de cette proposition un amendement visant mettre en place un système d’indemnité pour intervenir au niveau des charges administratives, souvent lourdes auxquelles doivent faire face les indépendants et que nous avons déposé une proposition de résolution aux demandes très précises pour alléger leur travail, améliorer leur représentation et leur reconnaissance. »

Le but de cette indemnité permet un recours à une aide pour certaines tâches administratives, définies par l’INAMI. « Le temps consacré aux soins doit être valorisé et rester prioritaire. Soigner, mais aussi épauler, conseiller, discuter, écouter… Autant d’actes essentiels posés par les soignants et tellement fondamentaux pour les patients, » conclut Caroline Taquin.

Le texte passera très prochainement en séance plénière de la Chambre.