Économie & FiscalitéMobilité

SNCB : la qualité du service avant tout !

Par 13 mars 2015 Pas de commentaire

Ce matin, Jacqueline Galant était l’invitée de Martin Buxant sur Bel RTL. La ministre de la Mobilité a notamment évoqué la politique tarifaire de la SNCB, les drones et la suspension du Thalys Wallon.

Jacqueline Galant confirme :  « il y a eu une proposition de la SNCB d’augmenter les prix à certaines heures » . Cependant, la ministre de la Mobilité a refusé cette variation de prix. Pour Jacqueline Galant, « la SNCB doit d’abord pouvoir fournir un service de qualité aux clients avant de réfléchir à une évaluation de la politique tarifaire » .

En d’autres termes, les services doivent d’abord être à la hauteur des attentes de l’ensemble des clients avant de penser à une éventuelle hausse des prix.

« Les gouvernements régionaux ayant imposé une nouvelle taxe au niveau du transport, ce n’est pas le moment d’augmenter les tarifs au niveau des chemins de fer si on souhaite réellement désengorger nos routes » , constate la ministre.

Jacqueline Galant souhaite offrir aux clients une entreprise performante. La ministre a également demandé aux dirigeants de la SNCB de cesser leurs querelles et de gérer l’entreprise comme il se doit.

Pour la ministre de la Mobilité, « la SNCB doit se recentrer sur son objectif premier qui est le transport public » . Jacqueline Galant a demandé qu’un audit extérieur soit réalisé sur l’ensemble des activités de la SNCB à l’étranger. L’objectif de cet audit est d’analyser les apports bénéfiques de ces activités pour la SNCB.

Concernant le Thalys Wallon, Jacqueline Galant rappelle qu’il ne s’agit pas d’une suppression : « la dorsale wallonne du Thalys a été suspendue pour des raisons techniques et de sécurité » . À partir du 1er avril, des travaux seront réalisés entre Jemeppe-sur-Sambre et Namur. Selon Jacqueline Galant, « les ministres précédents savaient que des travaux devraient être réalisés, car les rames du Thalys ne sont pas équipées de notre système de sécurité » .

Le sujet des drones a également été évoqué. Aujourd’hui, dans n’importe quelle grande chaine de magasins, il est possible de se procurer un drone sans avoir été formé ou sensibilisé aux dangers éventuels de cet appareil. Jacqueline Galant estime donc « qu’il est nécessaire de mettre en place un cadastre » .

Suite à sa visite au salon du drone, Jacqueline Galant constate une réelle attente du secteur. Pour la ministre de la Mobilité, « le drone fait partie intégrante du développement économique » . Cependant, si celui-ci est mal utilisé, il peut représenter un danger et même être considéré comme une arme. La ministre est actuellement en train d’étudier les possibilités en matière de formation en vue d’une utilisation de drones professionnels.

Jacqueline Galant a encore évoqué la concertation sociale. La ministre de la Mobilité rappelle « que le dialogue entre les partenaires sociaux et le gouvernement est  bien présent et que des accords sont intervenus » .  Cependant, « ce n’est pas parce qu’on n’accepte pas toutes les propositions émises que le dialogue est rompu » , conclut Jacqueline Galant.