Économie & Fiscalité

Impôt sur la fortune: une mesure impraticable

Par 12 mars 2015 Pas de commentaire

Ce dimanche 8 mars, Hervé Jamar était l’invité de Dominique Demoulin sur RTL TVI et de Baudouin Remy dans le Face à Face. Le ministre fédéral du Budget a notamment évoqué l’impôt sur la fortune, le Thalys wallon et les mesures relatives aux prépensions.

Depuis les bancs de l’opposition, le PS propose de mettre en place un impôt sur la fortune, en taxant l’immobilier et divers biens. Or, pour Hervé Jamar, « depuis 1989, les lois de financement permettent aux régions de prendre leurs responsabilités et donc de mettre en place ce type de mesure au niveau régional » . Le Parti Socialiste est au pouvoir à ce niveau. Pour le ministre du Budget, « ce qui est applicable au niveau fédéral l’est également au niveau régional » . Selon Hervé Jamar, le cdH est également contre ce type d’impôt.
Mais le ministre se pose trois questions : cette mesure est-elle faisable, rentable et praticable ?

Sur les vingt dernières années, quinze pays de l’Union européenne ont adopté cette mesure et douze d’entre eux l’ont ensuite retirée, rappelle le ministre du Budget : « cette mesure est difficilement contrôlable et quasiment impraticable » . Pour Hervé Jamar, « l’établissement d’un cadastre sur la fortune est pratiquement inopérable et peu rentable » .

Hervé Jamar signale également que « pour échapper à cet impôt sur la fortune en Wallonie, un individu risque de sauter la frontière linguistique. Le problème est le même au niveau fédéral : n’importe qui pourrait quitter la Belgique pour un pays limitrophe » .

Le ministre du Budget a également évoqué le conclave budgétaire à venir et la réforme fiscale. Il a précisé que le MR et le gouvernement ne sont pas en faveur d’une augmentation linéaire de la TVA. Le MR est par ailleurs favorable à une discussion sur la spéculation à court terme, qui ne soutient pas l’économie réelle.

En ce qui concerne le Thalys Wallon, Hervé Jamar rappelle « que la dorsale wallonne du Thalys a été suspendue pour des raisons techniques et de sécurité uniquement » .

Au sujet des prépensions, il y a un accord global affirmant que la mesure n’est pas rétroactive. Il faut maintenant laisser le temps au Groupe des 10 d’analyser la proposition gouvernementale. Hervé Jamar rappelle l’approche sociale du gouvernement fédéral, qui a dégagé 370 000 000 au niveau de l’enveloppe bien-être à 100 % pour les petits et moyens traitements. Le gouvernement a également augmenté la déductibilité des frais forfaitaires.

« Le gouvernement travaillera, au niveau du budget, avec les régions» , conclut Hervé Jamar