J’ai évidemment une pensée pour les travailleurs et leurs familles qui vivent des heures difficiles suite à l’annonce de l’intention de licenciement sur le site de Clabecq par la direction de NLMK.

Le dialogue social doit se maintenir entre syndicats et direction dans le cadre de la procédure Renault. Cependant, en tant que Ministre de l’Economie et de l’Emploi, je rappelle qu’avec la Sogepa (actionnaire à 49% de NLMK Belgium Holding), nous sommes disponibles et à l’écoute des interlocuteurs sociaux afin de tenter de limiter, tant que faire se peut, l’impact social de cette annonce. Un contact sera d’ailleurs pris avec les représentants syndicaux afin d’organiser une rencontre dans les prochains jours.

J’ai également demandé à la Sogepa d’organiser une rencontre avec la direction de NLMK afin d’aborder le plan de restructuration mais aussi les projets de pérennisation des différents sites wallons du groupe. Notamment le train à chaud de La Louvière pour lequel un plan d’investissement potentiel est actuellement discuté par les actionnaires, ainsi que le plan industriel défini pour le site de Clabecq. Ainsi, dans ce contexte particulier et conscient de la situation difficile des travailleurs de Clabecq, j’appelle la direction et les syndicats à entamer la procédure Renault le plus sereinement possible.

Enfin, l’Administratrice générale du Forem sera chargée de définir, dans le respect de la procédure Renault, les différentes pistes possibles pour accompagner au mieux les personnes qui perdraient leur emploi.