Bien-êtreÉconomie & FiscalitéEmploi

On a amélioré la situation des salariés et le pouvoir d’achat

Par 4 février 2015 Pas de commentaire

Ce dimanche 1er février, Didier Reynders était l’invité des grands débats dominicaux et l’invité de Baudouin Rémy dans l’indiscret. Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères a notamment évoqué la renégociation de la dette grecque. Didie

Tout en saluant le nouveau Gouvernement grec, Didier Reynders a rappelé que ce n’était pas aux contribuables belges de payer l’ensemble de la dette grecque. Cependant, même si la dette ne sera pas effacée, Didier Reynders est favorable à un allongement de celle-ci et à une diminution des intérêts pour autant que la Grèce respecte ses engagements. En ce qui concerne la déchéance de la nationalité pour les binationaux condamnés à de la prison pour terrorisme, Didier Reynders précise qu’il s’agit « d’une mesure symbolique d’un État à l’égard de personnes qu’on ne souhaite plus voir apparaître au sein de la communauté nationale en fonction de la gravité des faits reprochés ». Il rappelle également que cette mesure ne créera pas d’apatrides et que seul un juge pourra prendre la décision ou non de l’appliquer en fonction des faits. Concernant la concertation sociale, le Gouvernement a défini un cadre qui comprend le saut d’index et la réforme des retraites. Cependant, la mise en place de ces mesures offre aux partenaires sociaux un espace de négociation. Didier Reynders souligne que « depuis le 1er janvier, le gouvernement fédéral a amélioré la situation des salariés grâce à l’augmentation de la déductibilité des frais forfaitaires. C’est une augmentation du pouvoir d’achat ». Une série de corrections a également été apportée, notamment par rapport à l’enveloppe bien être qui est aujourd’hui utilisée à 100%, au lieu de 60% sous le Gouvernement Di Rupo. La moitié de cette enveloppe servira à améliorer les petites pensions, notamment celles des indépendants, et également à corriger l’impact du saut d’index sur les bas revenus. Didier Reynders précise qu’en matière de pensions, les réformes sont nécessaires pour garantir leur financement futur. Didier Reynders a rappelé « qu’il y a une volonté très claire de préserver les plus faibles ». En effet, l’accord de gouvernement poursuit l’objectif de créer des emplois tout en préservant le pouvoir d’achat et ainsi soutenir la croissance. Didier Reynders a également affirmé que le Gouvernement va continuer le travail dans cette logique de concertation afin de maintenir la paix sociale.