La refonte complète du statut d’artiste sera à l’ordre du jour de la commission Affaires sociales ce mercredi.

Le MR avait fait du statut d’artiste une de ses grandes demandes pendant la campagne électorale et a été le premier à proposer son projet en ce sens. Cet engagement s’était concrétisé dans l’accord de gouvernement.

Les libéraux se réjouissent donc que la refonte complète du statut d’artiste soit à l’ordre du jour de la commission affaires sociales ce mercredi. L’objectif est de baliser les travaux des prochains mois qui doivent permettre d’aboutir, avant la fin de l’année, à une réforme ambitieuse qui devra créer un statut d’artiste plus accessible, équitable et inclusif. Il devra en outre valoriser le travail de l’artiste et des techniciens intermittents du secteur artistique.

Dans la lignée du travail déjà réalisé par le MR et des rencontres organisées autour de notre proposition avec le secteur, le Ministre des indépendants et des Classes moyennes, David Clarinval, co-pilotera le dossier avec ses collègues du gouvernement fédéral Pierre-Yves Dermagne et Frank Vandebroucke.

Déterminés à ce que le dossier avance rapidement, les députés fédéraux MR Florence Reuter et Christophe Bombled se félicitent que le statut d’artiste soit abordé en priorité et confirment l’engagement des libéraux pour la culture. « La dernière réforme a plus de vingt ans, il était urgent de s’y attaquer, d’autant plus que le métier évolue sans cesse. Cette réforme est devenue une nécessité cruciale pour un secteur durement touché par la crise du Covid. C’était déjà tout le sens de la résolution que nous avions déposée en janvier dernier, » expose Florence Reuter.

Un statut solide, en ce compris pour l’artiste indépendant

Pour le MR, les défis sont nombreux, car le secteur est protéiforme et tous les profils qui s’y exercent doivent pouvoir bénéficier des mêmes droits et avantages. A cette fin, une simplification administrative, fiscale et sociale s’impose. « Le futur statut devra récompenser la vitalité artistique, favoriser l’accès aux jeunes et être plus équitable via un montant identique pour chacun, peu importe son profil. Les démarches administratives devront être grandement simplifiées et la question de son caractère irréversible (Artiste un jour, artiste toujours) doit pouvoir être étudiée. Il faudra, de plus, pouvoir permettre une transition plus simple vers le régime des travailleurs indépendants. Plus de 25.000 artistes sont déjà enregistrés sous le régime des indépendants, » détaille Christophe Bombled. Le régime des pensions ou l’articulation des périodes d’activités et de chômage seront également abordés.

« L’esprit qui prédomine est positif. Comme nous l’avions fait pour notre projet, les travaux seront menés en discussion étroite avec les acteurs de terrain et les partenaires sociaux via notamment la mise en place d’une plateforme numérique participative. Aucun aspect ne sera laissé de côté, c’est pourquoi nous insistons pour qu’une concertation la plus large possible voit le jour, afin que la réforme bénéficie à tous les profils qui participent à l’enrichissement culturel de notre pays. » ajoute le Chef de groupe à la Chambre Benoit Piedboeuf.