Les temps sont très durs pour nos indépendants. Bien que nécessaires au vu du contexte sanitaire, ces restrictions de liberté nous affectent en tant que libéraux. Nous nous battons pour que dès que les chiffres le permettent, il n y’ait pas une heure de trop pendant laquelle une activité serait maintenue à l’arrêt. C’est pour cela que nous appelons à une objectivation sérieuse des mesures, basée sur des études scientifiques et non une série de perceptions.

Votre ministre des Indépendants et des PME David Clarinval et son Président Georges-Louis Bouchez se sont exprimés pour appeler à une évaluation dès que possible de la situation des métiers de contact comme les coiffeurs, les esthéticiennes et les tatoueurs. Durant cet OCC, il a été établi que les conditions réunies pour procéder à la réouverture n’ont pas été réunies mais le ministre de Classes moyennes et des Indépendants, David Clarinval a donc obtenu ce pour quoi il plaidait : « Il est acquis que les métiers de contact (coiffeurs, esthéticiennes) rouvriront en premier. Cela signifie que si la courbe de contamination conserve le rythme actuel, le comité de concertation du 22 pourra décider de rouvrir les métiers de contact. Cela pourra se faire fin janvier ou début février.

En lire plus dans l’article sur les décisions de l’ OCC dans cet article du Soir.

Pour lire l’interview de David Clarinval à ce propos, c’est ici.

Pour lire la prise de parole de Georges-Louis Bouchez à propos de l’étude, c’est par ici.