Bien-êtreSécurité

Manque de places en IPPJ

Par 6 mars 2015 Pas de commentaire

Vincent De Wolf et Marie-Françoise Nicaise ont interpellé, ce mardi en Commission au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Ministre de l’Aide à la Jeunesse.

Suite à la libération de plusieurs mineurs – faute de places en IPPJ ces dernières semaines -, les députés MR Vincent De Wolf et Marie-Françoise Nicaise ont interpellé, ce mardi en Commission au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Ministre de l’Aide à la Jeunesse Rachid Madrane (PS).
Vincent De Wolf a tout d’abord rappelé les faits connus du grand public, à savoir :
– la libération de trois mineurs, mis à disposition le 14 février dernier, du Parquet de Liège pour divers faits de braquage et, dont l’un d’entre eux, aura récidivé quelques jours plus tard avant d’être placé au sein de l’IPPJ de Saint-Hubert ;
– et la libération, vendredi dernier, de deux jeunes mineurs appréhendés, par la police d’Ans, pour vol dans une habitation privée.
« Dans les deux cas, l’autorité judiciaire avait regretté un manque de places en IPPJ, ayant dès lors été contrainte de libérer ces jeunes délinquants. Le Ministre Madrane a cependant confirmé l’existence de places disponibles en IPPJ au moment des faits, je m’inquiète donc des circonstances qui ont permis de tels couacs entre le judiciaire et le secteur de l’aide à la jeunesse. Un défaut d’information ou de communication serait-il à l’origine de cette libération ? Le Ministre est resté évasif et n’a donné aucun élément de réponse concret », regrette le député De Wolf.
Par ailleurs, la députée Marie-Françoise Nicaise a interrogé M. Madrane sur le rôle de la CIOC (Cellule d’Information, d’Orientation et de Coordination) mise en place en 2009 : est-elle suffisamment connue des magistrats de la jeunesse et a -t-elle été contactée dans les cas présents ?
« Qui plus est, il est regrettable de constater le caractère peu accessible de la CIOC en-dehors des heures de permanence, de 8 à 17h en semaine et de 9 à 13h le samedi et les jours fériés. Après ces heures, qu’est censé faire un magistrat ? », s’inquiète Marie-Françoise Nicaise.
Le Ministre Madrane a annoncé, outre un dialogue plus intense avec les procureurs du Roi, une évaluation des procédures qui concernent la CIOC et la volonté de travailler à une procédure unique de placement en IPPJ ou en SAMIO. « Ce sont là des propositions certes constructives, mais le MR restera particulièrement attentif quant aux suites données par le Ministre pour que cela ne soit pas qu’un éphémère effet d’annonce », concluent les députés MR.