Les bénéficiaires de l’avantage tremplin dont l’activité est à l’arrêt suite à la crise COVID peuvent désormais jouir de leur allocation de chômage complète telle qu’ils l’auraient reçue s’ils n’avaient pas bénéficié du plan tremplin. L’avantage tremplin est une mesure de l’ONEM permettant de démarrer une activité indépendante tout en conservant les droits au chômage pendant une période de maximum 12 mois. Ce statut ne permet pas à ces travailleurs indépendants à l’arrêt de bénéficier des mesures de crise de droit passerelle octroyées aux indépendants durant la crise sanitaire.

Grâce à la mesure tremplin, le bénéficiaire d’allocations de chômage peut ainsi être considéré comme un travailleur indépendant à titre complémentaire tout en gardant son droit aux allocations de chômage pendant douze mois avec un plafond de cumul à respecter.

En raison de la crise, les mois d’avril 2020 à août 2020 et d’octobre 2020 jusqu’à mars 2021 ne sont pas pris en considération pour calculer la période de 12 mois maximum de la mesure tremplin, tant pour le chômeur complet que pour le chômeur temporaire. Pour le chômeur temporaire occupé dans une entreprise ou un secteur qui est reconnu comme particulièrement impacté, la période ne court pas non plus pendant le mois de septembre 2020.

Durant la crise COVID, certains travailleurs indépendants qui bénéficient de l’avantage tremplin sont contraints de cesser leur activité. Ne pouvant pas obtenir le droit passerelle et ayant, dans certains cas, une allocation de chômage réduite du fait de leur activité indépendante complémentaire, ces travailleurs indépendants rencontraient d’énormes difficultés financières. C’est la raison pour laquelle le ministre Clarinval en collaboration avec le Ministre Dermagne ont permis aux travailleurs indépendants sous statut tremplin de bénéficier d’une allocation de chômage complète telle qu’il l’aurait reçue s’il n’avait pas bénéficié de l’avantage tremplin. Pour ce faire, ils peuvent prendre contact auprès de leur organisme de paiement des allocations de chômage.

David Clarinval : «  Je me réjouis qu’une solution soit trouvée pour les travailleurs indépendants sous statut tremplin. Depuis le début de la crise sanitaire, ce statut particulier ne leur permettait pas de bénéficier d’ un soutien financier. »