Suite à la crise sanitaire, de nombreux belges sont partis à la découverte de la Wallonie et y passeront encore leurs vacances cet été. Pour le gouvernement wallon, la relance économique passe donc aussi par le tourisme local.

Lancé à l’initiative de la ministre wallonne du tourisme Valérie Debue, le Pass Visit Wallonia a rencontré un immense succès. De nouveaux Pass seront d’ailleurs disponibles le 5 juillet prochain et l’on peut déjà parier qu’ils trouveront acquéreurs en quelques minutes. C’est une mesure de soutien pour le secteur touristique wallon : 80% des pass sont utilisés pour visiter des attractions et 20% pour réserver des hébergements.

La Wallonie veut inscrire ce succès dans le long terre. Pour Valérie Debue, « il y a une grande ambition au sein du gouvernement wallon de faire de la Wallonie une terre de vacances. Nous avons le potentiel et des atouts dans le domaine de la nature et de l’évasion, du patrimoine et des villes. La digitalisation fait partie des défis à relever, pour structurer l’offre et améliorer l’accessibilité de certains sites ».

Le plan de relance wallon décrit d’ailleurs le tourisme comme un moteur du développement économique et prévoit un budget de 85 millions d’euros pour dynamiser le secteur. « L’objectif est de construire un écosystème touristique fort, attractif et durable, avec l’ambition de faire de la Wallonie une vraie destination de vacances de qualité », poursuit Valérie Debue.

Il s’agit d’abord pour la Wallonie de développer une réelle stratégie numérique pour répondre aux besoins et aux attentes d’une clientèle toujours plus connectée (application, réservations en ligne…) mais aussi de créer et développer une offre touristique basée sur les atouts wallons en créant des parcours d’expérience et de nouvelles offres qui relient les territoires (tourisme fluvial, parcours VTT, parcours patrimoniaux et culturels…). Enfin, il s’agit d’améliorer l’accueil et l’accessibilité des sites touristiques, des parcs nationaux et des grands sites naturels et patrimoniaux, à travers des investissements en matière d’infrastructure.

Il faut savoir que le tourisme wallon représente 84.000 emplois non délocalisables, soit l’équivalent du secteur de la construction. L’activité touristique, par son impact sur les autres secteurs (horeca, logement…) est donc un des moteurs essentiels de la croissance économique. La Wallonie l’a bien compris et ne compte pas rater cette opportunité.

1771
1890
Inondations en Wallonie
Numéro d'urgence
Indépendants & PME
Toutes les mesures de soutien