Dans Sudpresse ce samedi 16 mai 2020, le Mouvement Réformateur exposait son plan d’aide à l’horeca. Celui-ci contient entre autres une réduction de la TVA à 6%, un élargissement des chèques-repas et la dispense partielle de cotisations sociales.

Le plan d’aide à l’horeca du MR concerne également les secteurs du tourisme et de l’évènementiel. Les libéraux présenteront ce plan très prochainement au Gouvernement.

Tout d’abord, le MR souhaite baisser la TVA de tout le secteur de l’horeca. Le nouveau taux de TVA s’élèverait dès lors à 6%. L’objectif est que le secteur retrouve rapidement un volume d’activités élevé.

Ensuite, le Président du MR Georges-Louis Bouchez explique ce qu’il en sera des cotisations sociales (ONSS). Un report de ces cotisations est déjà possible. Le restaurateur peut ainsi reporter le paiement des deux premiers trimestres de 2020 à décembre 2020. Georges-Louis Bouchez envisage un abattement de 5% pour tout paiement effectué en décembre. De plus, le plan prévoit pour les entreprises du secteur de ne payer aucune cotisation pour le 1er trimestre de la reprise. Celles-ci devraient payer 25% des cotisations sociales lors du 2ème trimestre. 50% devront être payés pour le 3ème trimestre et 75% pour le 4ème trimestre. Au bout d’un an, les cotisations normales reprendront.

Le chômage temporaire sera quant à lui prolongé. Le trimestre suivant la levée de toutes les mesures sanitaires marquera la fin du chômage temporaire. L’objectif est ici d’aider les restaurants lors de leur reprise. Les politiques sont conscients que les établissements ne reprendront pas à plein régime directement. Pour Monsieur Bouchez il faut, par exemple, prévoir un système de tournante midi-soir dans les services des employés. Les congés prévus en 2020 pourraient être reportés à 2021. Cela se ferait dans le cadre d’un accord employé-employeur.

Le Président du MR explique vouloir étendre les écochèques au secteur horeca de manière temporaire. La mesure donnerait ainsi la possibilité au particulier de consommer avec une réduction de 5%. Il faudrait par ailleurs fondre toutes les chèques existants en un seul « chèque belge » ou « chèque de consommation locale » ajoute Georges-Louis Bouchez.

Au-delà de cela, Georges-Louis Bouchez explique l’interêt de « Win for Horeca ». Il s’agit d’un système de loterie où le client peut gagner des prix en scannant son ticket de caisse. Ces prix pourraient se matérialiser sous forme d’argent ou d’un an de restaurant gratuit par exemple. Le travail est en cours avec la Loterie Nationale.

Georges-Louis Bouchez explique que le carry-back « permet d’imputer des pertes de 2020 sur les revenus des exercices antérieurs ». Cela permettrait aux entreprises de récupérer de la trésorerie. Ce dernier évoque des possibilités de discussions avec Febelfin. Celles-ci viseraient l’extension de 6 mois du délai actuel.

Le ministre des Indépendants Denis Ducarme plaide lui pour une déductibilité des frais en matériel de protection. Il s’agirait de déduire à 120% de tels frais pour les entreprises du secteur. Pour Denis Ducarme, ce secteur est riche en innovation et en entreprenariat. Les aides permettent notamment de continuer à garder cet état esprit.

Le plan du MR contient aussi la déductibilité de 100% des frais de restaurant et évènementiels pour les entreprises. Cela incitera les entreprises à faire de l’incentive. A savoir organiser des colloques, séminaires ou autre évènement.

Pour l’après-crise, le MR réfléchit à un mécanisme entre crowdfunding et tax-shelter. Il ne concernerait pas uniquement l’horeca. L’objectif est que chaque euro investi par le privé offre la possibilité d’un emprunt remboursable. De plus, l’investisseur pourrait bénéficier d’une déductibilité fiscale.