Le MR bruxellois demande une suspension temporaire des travaux de la commission spéciale covid afin de permettre aux experts de concentrer tous leurs efforts sur la maitrise de cette deuxième vague.

 

Le Groupe MR du Parlement bruxellois et les membres de la Commission spéciale Covid (Alexia Bertrand, David Leisterh, Vincent De Wolf, Viviane Teitelbaum et David Weytsman) appellent ce mercredi 21 octobre 2020 à une suspension temporaire des travaux de la Commission spéciale consacrée à la gestion de la pandémie du Covid-19 et ce, dès demain. La Commission spéciale doit en principe poursuivre ses travaux ce jeudi 22 octobre avec l’audition d’une série de responsables de la gestion de crise dont le Ministre bruxellois de la Santé Alain Maron, le nouveau Commissaire au Covid-19, Pedro Facon et les responsables de la COCOM et d’Iriscare.

Alexia Bertrand : « Si la gestion de la première vague pose toujours de nombreuses questions auxquelles le gouvernement bruxellois devra répondre, nous devons nous concentrer sur le présent. Face à la deuxième vague, le temps est à l’action. Nous comprenons que les experts
qui appuient les travaux des différentes commissions spéciales mises en place dans le pays doivent concentrer toute leur énergie et leur temps à résoudre au plus vite cette nouvelle crise sanitaire. Avec un taux de mortalité deux fois supérieur à Bruxelles, nous lançons un
appel au Ministre de la Santé Alain Maron à rassembler tous les acteurs rapidement pour renforcer l’action sur le terrain. Le tracing et la détection des clusters ne fonctionnent toujours pas de manière efficace à Bruxelles ».

Par ailleurs, d’autres considérations entrent en ligne de compte à Bruxelles : la majorité avait décidé dès le départ que la commission spéciale se limiterait à l’examen de la période comprise entre mi-mars et fin juin (ensuite étendu jusqu’à fin août). Le dérapage des mois de septembre et octobre qui nous ont mené à la situation actuelle ne peut donc pas être abordé dans le cadre qui a été défini.

David Leisterh, Président du MR bruxellois, également Président du CPAS de Watermael-Boistfort, est des plus inquiets : “Nous préférons nous mettre à disposition du gouvernement bruxellois depuis les bancs de l’opposition pour les aider à rattraper ce retard, soutenir les secteurs impactés et le personnel soignant plutôt que chercher des responsabilités au moment où les Bruxellois souffrent à nouveau. Ce travail devra être fait mais dans un contexte plus propice”.

Néanmoins, Bruxelles a pris un temps de retard sur les deux autres régions et ce à tous les niveaux : tracing, détection de clusters, campagnes d’information et de communication vers la population et les différents publics-cibles. Le soutien économique arrive aussi trop tard et n’est pas à la hauteur, que ce soit dans les montants dégagés ou dans les solutions proposées.

Concrètement, le Groupe MR veut soutenir les acteurs appelés à gérer cette deuxième vague en les libérant des auditions prévues, qui nécessitent bien souvent des heures de préparation et de présence. Cela ne doit pas signifier pour autant la suspension du contrôle de l’action du gouvernement bruxellois.

Une séance de questions d’actualité avec le Ministre de la Santé Alain Maron reste plus que jamais nécessaire. Une demande en ce sens sera adressée aux services du Parlement. Le taux d’absentéisme dans les différentes structures hospitalières, maisons d’accueil et de soin, repart à la hausse.

Le personnel soignant subit une pression constante depuis le début de cette crise. Nous interrogerons le gouvernement bruxellois sur la  situation dans les maisons de repos. Il faut un monitoring constant pour éviter un nouveau pic de mortalité à Bruxelles. Nous devons protéger autant que possible les ainés du covid-19 ou du syndrome du glissement faute de soins suffisants.