Le Mouvement Réformateur avance une série de mesures précises pour l’aide au secteur de la culture. Sont sur la table des mesures telles qu’un vrai statut d’artiste, une mobilisation accrue de la RTBF, un protocole sanitaire clair et une ouverture au chômage temporaire. Le MR défendra ces idées auprès de tous les niveaux de pouvoirs concernés, ainsi qu’au Conseil national de sécurité.

Le Mouvement Réformateur souhaite repenser le secteur culturel. La mise en œuvre concrète de ces mesures se fera grâce à sa présence à tous les niveaux de pouvoirs concernés. Pierre-Yves Jeholet portera alors la parole de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) au Conseil national de sécurité (CNS). Ce dernier, avec Sophie Wilmès et David Clarinval défendront ces points lors de la conférence interministérielle Culture de ce mardi 12 mai.

La première mesure que le parti libéral défendra concerne un vrai statut pour les artistes. En effet, le statut actuel manque de cohérence. Ce nouveau statut devra rester souple mais apportera les grandes lignes communes. L’objectif est de trouver un équilibre global plus respectueux pour l’artiste. Le Président du MR Georges-Louis Bouchez affirme dans une interview au journal Le Soir : « On y règlera le problème des cumuls des droits d’auteur avec une aide sociale, la question du nombre de jours à prester, le statut social, éventuellement pérenniser le statut intermédiaire que nous proposons en cette période de crise ».

Ensuite, les chèques-repas portent aujourd’hui de plus en plus mal leur nom pour le Président du MR. Il est vrai que ceux-ci permettent déjà d’acheter bien plus que de la nourriture. Le MR souhaiterait dès lors élargir le spectre de leur utilisation. L’idée est de permettre aux citoyens d’acheter notamment des prestations culturelles en FWB. « Le but est d’injecter de l’argent dans les secteurs de l’économie nationale qui sont les plus sous tension, tout en laissant aux gens la liberté de poser leurs choix » note Monsieur Bouchez. Ces choix comprendront notamment l’horeca, le tourisme et la culture. Ce chèque remplacerait donc à terme l’actuel chèque-livre.

Le Mouvement Réformateur tient à élargir le chômage temporaire. Ce faisant, les artistes possédant une preuve de travail prévu entre la mi-mars et le 31 août pourront en bénéficier. L’objectif est pour Georges-Louis Bouchez de « mettre les artistes, régisseurs, éclairagistes sur le même pied que des indépendants à titre complémentaire ». Cela devra se faire « sans exigence sur la nature artistique de ces journées de travail ». Dans la pratique, la personne devra prouver la prestation de 196 jours de travail durant les 21 mois écoulés.

Le Président du MR plaide pour une reprise des activités hors public, dans l’attente de la finalisation et de la validation d’un protocole sanitaire. L’objectif sera alors de permettre d’enregistrer des albums, d’autoriser certaines répétitions ou prestations artistiques sans public. De plus, le Mouvement Réformateur entend bien mobiliser la RTBF. Ainsi, la chaîne publique diffuserait des représentations d’artistes de la FWB. Pas question pour Georges-Louis Bouchez que celles-ci apparaissent en pleine nuit sur la Trois. Pour éviter cela, il faut établir une clé de répartition pour les trois chaînes, ainsi que pour la plateforme Auvio.

Le Mouvement Réformateur pense que la mise en place d’un fonds mixte aidera au refinancement des petites structures dans l’après-Covid19. Celui-ci se constituerait de trois éléments : De l’épargne-citoyenne, des fonds versés par des entreprises et un levier de fonds publics. Les fonds privés pourront bénéficier d’une déductibilité fiscale. Au-delà de cela, le MR souhaite élargir le régime des petites indemnités (RPI). La condition sine qua none est évidemment que des prestations ou représentations puissent se dérouler en période de Covid19. Si tel est le cas, les RPI deviendraient cumulables aux allocations de chômage. Le MR mettra toutefois un garde-fou en place. La RTBF, par exemple, ne pourra pas profiter de ce système pour engager des artistes à moindre coût.

Le chef de file du MR à la Chambre des représentants Benoît Piedboeuf a soumis un texte sur l’augmentation des plafonds du tax-shelter. Monsieur Bouchez indique que les secteurs de la télécommunication, des jeux vidéo ou certains prestataires de services génèrent des moyens. « Le but est d’augmenter l’appel vers le tax-shelter et préparer une reprise avec des moyens supplémentaires » ajoute-t-il.

Les réseaux sociaux, comme Facebook par exemple, diffusent des représentations artistiques. De ce procédé ressort un vainqueur : Facebook. Pour le Président du MR, il faudrait trouver des règles européennes pour inverser la tendance et que ces revenus profitent aux artistes. Ainsi, Georges-Louis Bouchez évoque la fiscalisation des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). L’objectif est de faire contribuer ces entreprises à la rémunération des artistes qui utilisent leurs plateformes.

Toutes ces mesures s’inscrivent dans la ligne directrice du MR, qui souhaite un plus grand respect des artistes locaux. Au-delà de ça, Georges-Louis Bouchez appelle à réfléchir prochainement au fonctionnement actuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles.