La population belge vieillit. Ce défi du vieillissement, il faut y penser dès aujourd’hui. Il va entraîner de nouveaux besoins en services et en infrastructures.  C’est donc un enjeu majeur en terme de santé et d’accompagnement social. L’assurance autonomie sera un instrument clé du bien-être de la population.

Une aide, quelle que soit la raison

Concrètement, les Wallons paieront chaque année une participation annuelle, qui leur donnera droit plus tard à une aide. Cette aide interviendra quel que soit le motif de la perte d’autonomie et l’âge auquel elle survient : avant ou après 65 ans, en raison de l’âge, d’un handicap, d’un accident… Le montant de la participation annuelle sera de 36 euros pour les assurés ordinaires âgés de 26 ans et plus, et de 18 euros pour les BIM (bénéficiaires de l’Intervention Majorée). Les bénéficiaires du revenu d’intégration sociale et de la GRAPA en sont dispensés. La perception des premières cotisations aura lieu en 2020. L’entrée en vigueur des services est prévue en 2021.

Ce projet est né suite à la 6e réforme de l’Etat. La Wallonie a en effet hérité du budget de l’allocation pour personnes âgées (APA). Le gouvernement wallon en profite pour mettre sur pied une « couverture autonomie » au profit de tous, en premier lieu les aînés de Wallonie.  Le système existe déjà en Flandre depuis de nombreuses années.

Des services d’aide-familiale renforcés

Le budget total de l’assurance autonomie est de 444 millions d’euros. Ce nouveau modèle permettra de renforcer les services d’aide-familiale. Il y aura création d’emplois : 2000 équivalents temps plein en plus de 2019 à 2021 (assistants sociaux, personnel administratif, aide-ménagères et aide-familiales). A l’horizon 2021, la population pourra bénéficier de plus de 9 millions d’heures de services contre 6 millions aujourd’hui.

Les aide-familiales rendent des services précieux au quotidien.  L’objectif est donc de faire de l’aide familiale un acteur central dans l’accompagnement des personnes âgées afin qu’elles puissent bénéficier du soutien nécessaire pour rester à leur domicile.

Une vraie liberté de choix

Le gouvernement wallon va estimer les besoins de façon plus objective qu’aujourd’hui. Il s’agira d’évaluer le degré de dépendance et de déterminer un plan d’aide. Mais tout le monde pourra bénéficier du système. Et plus de gens bénéficieront de cette aide.

Comme le souhaitait le MR, les Wallonnes et les Wallons auront donc une vraie liberté de choix. L’assurance-autonomie est répartie en deux branches. La première branche concerne l’aide à domicile. Grâce à l’assurance autonomie, chaque Wallonne et chaque Wallon pourra choisir les services d’Aide aux Familles qu’il souhaite (le nettoyage, la préparation des repas, la garde à domicile de nuit, faire les courses, etc.). La deuxième branche est l’allocation forfaitaire autonomie. Conditionnée par des critères d’âge et de revenus, elle permettra de soulager les personnes âgées en perte d’autonomie ayant des revenus limités. Tant les personnes résidant à domicile qu’en institution bénéficieront de cette allocation.

Ceci pourrait vous intéresser

Assurance-autonomie : réponses aux critiques 

Les propositions du MR pour l’action sociale 

Restez informés !