La Ministre fédérale du Budget, Sophie Wilmès, a pris connaissance des dernières prévisions macro-économiques de printemps 2018 pour la Belgique qui ont été communiquées, ce jeudi, par la Commission européenne.

La Commission européenne confirme l’amélioration des déficits. Selon elle, en 2017, le déficit nominal se situerait bien à -1% du PIB comme annoncé par le Gouvernement fédéral. Le déficit structurel est, quant à lui, estimé par l’Europe à -1,3% alors que les derniers chiffres à la disposition du Gouvernement situent le déficit structurel à -0,86%. Sophie Wilmès ne s’étonne guère de cette variation entre les chiffres belges et les données publiées les autorités européennes. En effet, il est connu que l’approche de la Commission européenne diffère de celle des États membres ; également en ce qui concerne le passage du nominal au structurel, particulièrement dans le calcul de l’output gap.

« Par le passé, nous avons constaté que les chiffres belges étaient systématiquement plus proches de la réalité que ceux de la Commission européenne.» explique la Ministre. « Preuve à l’appui avec l’année 2017 : en mai dernier, il y a pile un an, la Commission européenne tablait encore sur un déficit à -1,9% du PIB. Au final, nous sommes largement en-dessous, à -1%. Quoi qu’il en soit, je retiens surtout que la Commission européenne confirme un fait indéniable : l’assainissement budgétaire est concret et constatable en Belgique. »

Ensuite, la Ministre du Budget se félicite de la tendance baissière bien marquée de la dette publique :

« Jusqu’à la prise de fonction de ce Gouvernement, la dette de la Belgique augmentait en pourcentage de PIB. Aujourd’hui, nous sommes dans une dynamique tout autre. On se rapproche même de la barre symbolique des 100% en 2019 ; sachant que notre dette ne s’était plus située en-dessous de cette limite depuis 2010. Bien entendu, le travail est loin d’être terminé au regard du cadre budgétaire imposé par les traités européens.»

Enfin, la croissance belge est estimée à +1,8% en 2018, par rapport à +1,7% en 2017. Face à ces chiffres, la Ministre du Budget note une confirmation de la consolidation de cette croissance :

« C’est le signe d’une économie qui performe bien. Notre croissance se rapproche de celle de la Zone Euro ; croissance qui, je le rappelle, est une moyenne « dopée » par les effets de rattrapages des États membres qui ont le plus souffert de la crise – et beaucoup, n’ont pas encore récupéré leur niveau de PIB d’avant-crise – et par des effets de convergence des pays qui en sont membres depuis peu. Un indicateur beaucoup plus pertinent est la récupération et l’amélioration du niveau de PIB réel par rapport à 2008. Et là – il suffit de lire le dernier rapport annuel de la BNB-, on voit que la Belgique fait bien partie des pays qui ont le plus performé dans ce domaine. »