76 ans après la Libération d’Auschwitz, l’antisémitisme n’a pas disparu. Le MR le combat sans relâche.

Le camp d’Auschwitz Birkenau est devenu le symbole indépassable de l’horreur nazie. Durant 5 ans, plus de 1,3 million d’hommes, de femmes et d’enfants venus de toute l’Europe y furent assassinés de manière industrielle et méthodique. 90% d’entre eux étaient Juifs. Le 27 janvier 1945, les survivants étaient libérés par l’armée russe.

Moins connus qu’Auschwitz, d’innombrables camps de concentration et d’extermination jalonnaient les territoires occupés par le Troisième Reich. Ce régime particulièrement violent s’est rendu coupable d’un génocide et de meurtres de masse d’une extrême cruauté. Ces atrocités ont entraîné la mort de 6 millions de Juifs et l’éradication quasi complète de la culture yiddish et de la présence ashkénaze en Europe de l’Est.

76 ans plus tard, l’antisémitisme et le négationnisme sont toujours présents dans nos sociétés européennes, et la Belgique n’y échappe pas. La crainte est grande de voir les membres de cette communauté quitter notre pays, sinon notre continent tout entier. Selon Unia, les actes antisémites sont en hausse dans notre pays. Il ne s’agit pas seulement d’agressions verbales, mais également d’agressions physiques, de dégradations de symboles ou de propos tenus sur les réseaux sur Internet. Antisionisme et antisémitisme s’y confondent souvent sans nuance.

Le MR s’engage pleinement dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. A tous les niveaux de pouvoir où nous sommes représentés, nous entendons stimuler la réalisation d’un plan interfédéral de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie rassemblant les acteurs publics et associatifs concernés. Il s’agira d’un plan tourné vers l’avenir, comportant des objectifs mesurables, un calendrier de mise en œuvre et une définition concrète des responsabilités. Les ressources nécessaires seront garanties pour chaque action. La promotion de la diversité et la lutte contre toutes les formes de discrimination feront par ailleurs l’objet d’une attention particulière.

Comme l’a rappelé le président du MR Georges-Louis Bouchez dans son discours de vœux, les valeurs et principes libéraux reposent sur la liberté comme moteur de notre émancipation. Elle s’appuie sur deux piliers : l’égalité des possibles et la responsabilité. Cela se traduit par l’engagement du Mouvement Réformateur dans la lutte contre les discriminations, les insultes et propos racistes ou antisémites qui n’ont pas leur place dans notre parti et dans le débat public. En ce jour de commémoration, le souvenir d’Auschwitz nous rappelle à quel point les idées extrémistes et le repli identitaire représentent un danger pour nos démocraties.