AgricultureEnvironnement & ClimatIndépendants & PMESanté

Le Guichet alimentation durable : pour produire bien, bon et en sécurité

Par 10 octobre 2015 Pas de commentaire

L’UCM et Willy Borsus ont présenté ce matin leurs outils respectifs pour aider les petits producteurs à se conformer aux normes de sécurité alimentaire et à lutter contre le gaspillage. Le Guichet alimentation durable est créé à l’intention de tous les indépendants et TPE/PME actifs dans la chaîne alimentaire. Il leur propose un triple service. Premièrement, un accompagnement individualisé pour leur simplifier la vie et répondre aux exigences de l’Afsca. Deuxièmement, une aide pour réduire les gaspillages et produire “durable”, une mise en réseau enfin, pour favoriser les circuits courts et les produits locaux.
Cette initiative rejoint les efforts du ministre fédéral des Indépendants et des PME, Willy Borsus, pour aider les commerçants et les producteurs actifs au sein de la chaîne alimentaire. Le but est de les aider à se conformer aux normes de sécurité et à lutter contre le gaspillage.

157.000 professionnels impliqués

En Belgique, quelque 157.000 professionnels sont impliqués dans la chaîne alimentaire, des producteurs à l’horeca en passant par les grossistes et commerçants. Ces indépendants et chefs d’entreprise font face à de nombreuses contraintes, issues essentiellement de la législation européenne. Les règles d’hygiène et les contrôles doivent être et sont stricts. Ainsi, ils permettent de préserver la santé publique et d’assurer une concurrence loyale. Le respect de l’environnement et les économies d’énergie sont également indispensables. Les consommateurs attendent toujours plus de transparence, de qualité et de proximité.

Pour maîtriser tous ces aspects du métier, il faut du temps, des moyens, des compétences. C’est pourquoi l’UCM a créé un “guichet unique” pour l’alimentation durable. Il s’agit d’un service individualisé, qui met des experts au service des professionnels.

Un spécialiste pourra, sur place, conseiller le chef d’entreprise, notamment expliquer et prévenir les attentes de l’Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire), qui ne fait pas de prévention individuelle. Le Guichet alimentation durable permet aux professionnels de remplir leurs obligations de la manière la plus simple possible, selon leurs moyens et la nature de leur activité. Il leur apporte ainsi la sérénité vis-à-vis d’une réglementation complexe et des contrôles liés.

Aider à se conformer aux normes sanitaires

Aider les petits producteurs à se conformer aux normes sanitaires, c’est également l’objectif du ministre Willy Borsus. C’est pour cette raison qu’il a obtenu lors du dernier ajustement budgétaire un montant de 1,5 million d’euros destiné à développer les exportations, mais aussi à créer une cellule à l’intention des petits producteurs au sein de l’Afsca. Concrètement, elle mettra de l’information à la disposition des opérateurs, organisera des formations, fournira un soutien technique et scientifique. Elle travaillera en synergie avec des initiatives comme le Guichet alimentation durable de l’UCM, qui peut fournir un accompagnement individualisé. La cellule est en cours de création, en concertation avec les secteurs concernés. Elle démarrera dès le début de 2016.

Les experts du Guichet de l’UCM vont plus loin que le respect des règles. Ils peuvent aussi, sur le terrain, aider les chefs d’entreprise de l’alimentation à penser “durable”. Économies d’énergie, réduction des gaspillages, meilleure gestion des déchets : un simple check-up peut permettre à une entreprise de diminuer considérablement son impact sur l’environnement, tout en réduisant de façon tout aussi notable ses coûts de production.

Faciliter le commerce des produits locaux

Enfin, le Guichet alimentation durable poursuit un troisième objectif : faciliter la commercialisation des produits locaux en BtoB (entre entrepreneurs). Un réseau sera mis en place (avec répertoire, newsletter, rencontres entre professionnels…). Il favorisera les échanges, tisser des liens et ainsi favoriser les circuits courts.

En mettant en place ce service “trois en un”, l’UCM a la conviction de répondre aux besoins des indépendants et chefs de PME de la chaîne alimentaire. L’organisme a aussi la conviction de rencontrer les attentes des consommateurs en favorisant une production saine, économique et de qualité.

Pour le ministre Willy Borsus, “ les contrôles démontrent que non seulement l’artisanat belge, mais les producteurs en général, travaillent au quotidien de manière sûre, au plus grand bénéfice des consommateurs. Productions artisanales de qualité et normes sanitaires européennes sont conciliables. Dans le respect des normes européennes, je suis très attentif au développement des productions issues des circuits courts et de l’artisanat. La nouvelle cellule de l’Afsca et le Guichet de l’UCM vont soutenir cette politique.”