Le Mouvement Réformateur a réuni ses bourgmestres ce samedi à Namur. Pour le président du MR Georges-Louis Bouchez, c’était l’occasion d’un premier contact avec toutes celles et tous ceux qui sont au contact direct de la population à travers la gestion quotidienne de leur ville ou commune.

 

« Le MR est aujourd’hui le premier parti francophone en terme de nombre de bourgmestres. La Belgique compte aujourd’hui 104 bourgmestres libéraux, dont 23 femmes », rappelle Georges-Louis Bouchez. « Le MR compte 66 majorités absolues et participe à 177 majorités locales ».

 

Dans le cadre de son mandat de président, Georges-Louis Bouchez souhaite valoriser les bonnes pratiques mises en œuvre au niveau local. « Nos bourgmestres ont donc été invités à partager leurs bonnes idées via notre Cellule des Elus locaux », explique Georges-Louis Bouchez. « Cette première réunion a ainsi été l’occasion de mettre en avant les synergies mises en place entre commune et CPAS par Marie-Hélène Knoops, bourgmestre de Montigny-le-Tilleul, le Partenariat Local de Prévention développé par Virginie Defrang-Firket à Neupré ou la promotion locale du sport par Julien Breuer, bourgmestre de Mont-Saint-Guibert ».

 

Les bourgmestres présents ont aussi pu avoir un premier contact avec Maxime Daye, bourgmestre MR de Braine-Le-Comte qui préside depuis décembre l’Union des Villes et Communes wallonnes. Les bourgmestres ont également reçu une première information sur les grands débats thématiques que le MR organisera cette année en prévision du bicentenaire de la Belgique en 2030. Les premières thématiques abordées seront : Les premières voitures autonomes rouleront en Belgique / Enseignement : comment intégrer le top 10 du classement PISA ? / Emploi et pension : moderniser la carrière professionnelle ?

 

Ce sujet sera plus largement évoqué ce dimanche 12 janvier à l’occasion d’un premier congrès de mobilisation militante organisé à Wavre dans le cadre de la tournée des vœux du Mouvement Réformateur. « Nos bourgmestres sont les premiers ambassadeurs de notre projet libéral. Ils démontrent au quotidien que le Mouvement Réformateur est un parti responsable, ouvert et constructif pour améliorer le quotidien des citoyennes et citoyens », conclut le président du MR.