Les résultats sont tombés vers 22 heures, hier. David Leisterh a été élu à la tête du MR bruxellois avec près de 65,87% des voix. Ce Boitsfortois d’origine succède à Didier Reynders avec qui il a travaillé durant 7 ans en tant conseiller en affaires sociales. Âgé de 36 ans, David Leisterh n’en est pas à sa première expérience politique. Depuis juin dernier, il siège au Parlement Bruxellois comme député. Il occupe également le mandat de Président du CPAS de Watermael-Boitsfort depuis 2012.

La vivacité de la vie démocratique interne du Mouvement Réformateur

C’est par le biais du Président du Mouvement Réformateur, Georges-Louis Bouchez, que la nouvelle est tombée : “David Leisterh est le nouveau Président du MR Bruxellois”. Arrivé en première position devant Boris Dilliès, le Bourgmestre d’Uccle, ce professeur d’université en langues succède à Didier Reynders, actuel commissaire européen.

Pour le Président des Libéraux : “Il s’agit d’une élection qui a montré encore une fois la vivacité de la vie démocratique interne du Mouvement Réformateur puisque 45% des militants se sont déplacés pour élire le nouveau Président de la Régionale bruxelloise”. Georges-Louis Bouchez “se réjouit de pouvoir travailler avec lui ces prochaines années au redéploiement du MR dans la capitale où le chantier à mener est colossal”.

Un programme ambitieux

4 ans, c’est la durée du mandat du nouveau Président Leisterh. Son objectif principal, le retour des libéraux à la tête de la Région et de ses communes. Il souhaite également que la Régionale apporte des réponses claires aux urgences socio-économiques et environnementales à Bruxelles. David Leisterh veut un centre de compétences et de formations où chacun aura un rôle à jouer et accompagner les talents pour les préparer à l’heure de la campagne électorale.

Pour l’actuel Président de la Régionale bruxelloise, “la politique est parfois dure mais elle créée aussi des amitiés fortes. Cette campagne a donné un élan à notre mouvement, nous allons poursuivre sur cette lancée. Elle a renforcé la conviction qu’il y a beaucoup de citoyens sensibles à nos messages, à nos projets. A nous d’aller les chercher. Aujourd’hui marque le point de départ de notre redéploiement pour Bruxelles”.