L’amplification du déconfinement décidée par le dernier CNS a également un impact positif pour le Selor. Le vice-Premier ministre et ministre de la Fonction publique David Clarinval est en effet heureux d’annoncer le redémarrage effectif des activités du bureau de sélection de l’administration fédérale dès ce lundi 25 mai. Les procédures de recrutement dans la fonction publique qui avaient dû être gelées vont ainsi pouvoir reprendre, avec l’ambition d’avoir rattrapé les retards pris d’ici la fin de l’année, notamment grâce à une informatisation accrue des examens.

La crise du Covid-19 a impacté bon nombre de secteurs. Celui des recrutements dans la fonction publique fédérale n’a pas été épargné. Les mesures de confinement destinées à lutter contre la pandémie avaient logiquement entraîné la suspension des entretiens physiques ainsi que des tests à réaliser sur PC dans les bâtiments bruxellois du SPF Stratégie et Appui (BOSA), dont le Selor fait partie. Au total, ce sont ainsi 1.527 entretiens qui ont dû être annulés. Il en a été de même pour 8.134 tests à réaliser sur ordinateur.

Décidée lors du CNS du 13 mai dernier, la poursuite du déconfinement va heureusement permettre un redémarrage effectif des activités se déroulant au sein de l’imposant bâtiment situé près de la gare du Nord.

Au plus fort de la crise, le Selor avait continué à effectuer diverses tâches ne nécessitant pas de réunions physiques, comme la préparation des procédures à venir ou la vérification des conditions de participation aux examens pour les candidats déjà inscrits.

La décision de déconfinement ayant été actée, il a mis cette semaine du 18 mai à profit pour préparer ses locaux à la reprise effective de ses activités. L’accent a été mis sur la santé et la sécurité, tant de son personnel que des participants aux tests et examens. Une gestion du flux des visiteurs a ainsi été mise en place, de même qu’une nouvelle configuration des salles servant aux tests sur ordinateur, afin de permettre le respect des normes de distanciation. Les candidats ont également commencé à être invités à se réinscrire via le site Internet.

À partir de ce lundi 25 mai, le Selor va pouvoir reprendre ses tests sur PC, le suivi de ses entretiens de sélection, ainsi que ses tests linguistiques. La priorité sera donnée aux  procédures entamées avant la crise, ainsi qu’à 146 sélections identifiées comme devant être menées à bien le plus rapidement possible. Là comme ailleurs, le respect des distances physiques sera une préoccupation constante. Les tests sur ordinateur se dérouleront ainsi en plus petits groupes tandis que, lors des entretiens, un espacement suffisant sera garanti entre le jury et le candidat.

Entretiens en ligne

L’an passé, le Selor avait réussi à accroître ses activités de pas moins de 35%. Cette progression s’inscrivait dans la droite ligne de ces dernières années, qui ont vu les postes vacants concernés par ses recrutements passer de 4.697 à 7.614 entre 2017 et 2019, via des procédures qui ont pour leur part grimpé de 955 à 1.566 dans le même intervalle. La crise du Covid-19 a malheureusement donné un coup d’arrêt provisoire à ce gain d’efficacité constant.

  2017 2018 2019
Nombre de procédures de sélection 955 1.156 1.566
Nombre d’emplois concernés 4.697 5.415 7.614

 

Le Selor est donc bien décidé à mettre le turbo afin de résorber son retard d’ici la fin de l’année. Dès ce mois de juin, des tests sur PC auront ainsi lieu pendant trois week-ends, afin de maximiser le nombre de candidats pouvant s’y présenter. Mais, plus globalement, le bureau de sélection de l’administration fédérale a également décidé d’adapter sa façon de travailler, en optant pour un investissement plus massif dans l’informatisation de ses activités.

Un choix sera ainsi désormais fait entre plusieurs options de screening (selon le profil, le nombre de candidats attendus et l’urgence de la situation) et le recours à davantage de screenings sans test PC sera autorisé. D’autres seront réalisés à distance, avec des candidats se connectant depuis leur domicile. Un nombre accru d’entretiens sera également réalisé en ligne, dans la foulée d’un projet pilote réalisé avec succès le 23 avril dernier où une centaine de candidats avaient été interrogés selon ce procédé. À cette fin, le Selor travaille sur des procédures objectives et des mesures permettant d’éviter les abus.

Pour les mois  à venir, plusieurs grandes sélections vont être planifiées. Le Selor s’apprête ainsi à accompagner la procédure de recrutement de 100 assistants de surveillance pénitentiaire, de 150 gestionnaires de dossiers de niveau C, de 50 experts administratifs de niveau B ou encore de 20 gestionnaires de dossiers scientifiques.

« Je suis très heureux du dynamisme dont fait preuve le Selor afin de résorber le retard pris dans les procédures de recrutement », se félicite le vice-Premier ministre et ministre de la Fonction publique David Clarinval. « Je félicite particulièrement son personnel et ses responsables pour leur décision de recourir à l’informatisation accrue des tests et examens. Cette modernisation des activités, envisagée de manière objective et sécurisée, ne peut qu’accroître leur efficacité au bénéfice de tous. »

« L’administration continue à travailler et utilise au maximum la technologie et les possibilités numériques, maintenant encore plus pour les sélections », complète pour sa part Ben Smeets, président a.i. du SPF BOSA. « Nous le faisons pour assurer l’afflux de candidats, mais sans compromettre les critères de qualité, et avec la participation de nos interlocuteurs internes. »