Le Conseil National de Sécurité s’est réuni à nouveau ce 24 avril 2020. A l’issue de cette réunion, plusieurs décisions ont été annoncées en vue de la mise en place d’une forme d’un déconfinement progressif, en trois phases. Ces décisions ont été prises sur base des recommandations des experts scientifiques et médicaux, membres du GEES.

La Première Ministre a rappelé par ailleurs que cette stratégie de déconfinement se basait sur des hypothèses, des prévisions. Les échéances annoncées ne sont pas figées et pourront évoluer au fur et à mesure de la situation sanitaire, laquelle est aujourd’hui plutôt sous contrôle grâce au respect des mesures de confinement. L’objectif d’éviter la saturation de nos services de santé est aujourd’hui atteint. Il doit être poursuivi.

La stratégie de déconfinement se veut progressive, évolutive et non définitive.

Des règles resteront d’application : les gestes barrières (lavage des mains, tousser dans son coude, etc.) tandis que le social distancing reste de mise. La limitation autant que possible des contacts entre personnes, c’est-à-dire réduire au maximum le nombre de personnes différentes que vous côtoyez reste de mise pour l’avenir, dans toutes les phases du déconfinement.

Ce plan sera implémenté de manière graduelle.

Chaque passage – d’une phase à une autre – sera conditionné à un monitoring.

Ce monitoring tiendra compte d’une série de critères dont l’état de propagation du virus, le nombre d’hospitalisations, la saturation des soins intensifs, etc. L’objectif est de pouvoir détecter de manière de plus en plus précoce l’évolution favorable ou défavorable de la propagation du virus de notre pays. Le passage d’une phase à une autre sera confirmée, a priori, une semaine avant la date estimée. A ce niveau, une règle de confinement reste d’application jusqu’à ce que cette règle soit explicitement changée : si une règle n’est pas explicitement modifiée ce soir, c’est que la mesure d’application aujourd’hui est maintenue.

 

Stratégie de déconfinement en 3 phases

Le Conseil National de Sécurité a arrêté une stratégie de déconfinement en plusieurs phases, avec une première phase en deux parties. La 1ère phase sera déployée en deux temps.

Phase 1A (dès le 4 mai)

La première partie devrait se mettre en place le 4 mai prochain.

Au niveau de la vie économique

Pour les industries et les services B2B (Business to Business), c’est-à-dire les relations entre professionnels ou entre entreprises :

  • Le télétravail reste la norme dans la mesure du possible.
  • En ce qui concerne l’organisation du travail, le groupe des 10 a validé un guide général de bonnes pratiques. Celui-ci sera la base d’accords sectoriels à conclure. Ce guide servira de référence pour un redémarrage économique progressif dans des conditions saines et sûres pour toutes et tous.
  • Il sera donc désormais permis de pallier à l’impossibilité de respecter les distances de sécurité dans une entreprise par le biais du respect d’une série de recommandations sanitaires dont le port du masque.

Pour le reste, en ce compris les commerces et l’HORECA les règles ne changent pas à ce stade sauf pour ce qui concerne les magasins de tissus et merceries qui pourront ouvrir leurs portes, toujours en respectant les règles imposées aux commerces actuellement.

Au niveau de la santé

  • Ces dernières semaines, l’épidémie a eu un impact important sur l’offre de soins, tant au niveau de la médecine de première ligne que des hôpitaux.
  • Des groupes de travail étudient déjà comment répondre à la fois à l’impératif de continuer à offrir les meilleurs soins aux personnes infectées par le covid-19 tout en élargissant graduellement et de façon sécurisée l’accès aux soins de santé généraux et spécialisés.
  • La volonté du gouvernement est que, le plus rapidement possible, chacun puisse avoir accès aux soins de santé de manière normale tout en évitant de saturer les infrastructures médicales nécessaires à la prise en charge des malades du virus.

Au niveau de l’Enseignement

  • Il n’y aura pas de changement dans cette première phase : les cours restent suspendus. Les garderies continuent à être organisées en tenant compte des différentes phases du déconfinement. Il est également important que l’accueil de la petite enfance soit pleinement assuré en respectant les normes en vigueur.

Au niveau de la vie quotidienne

La règle générale reste la même : les citoyens doivent rester chez eux, sauf lorsqu’ils doivent aller travailler, lorsqu’ils doivent faire des courses ou encore quand ils doivent se rendre à un rendez-vous médical.

Légère évolution : l’activité physique en extérieur sera permise avec 2 personnes maximum (en plus de celles qui vivent sous le même toit). La règle actuelle qui vous permet de vous promener ou de faire du sport avec une personne qui ne fait pas partie de votre foyer est élargie à deux personnes à condition, toujours, que les distances de sécurité soient respectées.

Il sera permis également de pratiquer d’autres activités sportives à condition qu’elles se pratiquent à l’air libre et sans contact et en respectant les distances de sécurité (tennis, l’athlétisme, la pêche, ou le kayak, par exemple). Pour l’ensemble de ces sports pratiqués à l’extérieur, s’ils nécessitent une infrastructure, l’accès aux douches communes, aux vestiaires ou encore aux cafétarias restent interdites.

Le port d’une protection qui couvre la bouche et le nez sera obligatoire dans les transports en commun à partir du 4 mai pour les voyageurs à partir de 12 ans. Il faut entendre par là le port d’un masque ou de toute autre alternative qui permette de se couvrir la bouche et le nez, comme une écharpe ou un foulard. Cette obligation devra s’appliquer dès l’entrée dans une gare, une station, un point d’arrêt, etc.  Les masques seront aussi utilisés dans le cadre du travail si les distances de sécurité ne peuvent pas être respectées. Dans ces cas-là, ce sera à l’employeur de fournir l’équipement nécessaire à ses travailleurs.

Phase 1B (dès le 11 mai)

La deuxième partie de la 1ère phase devrait débuter à partir du 11 mai. Cette phase ne concerne que les commerces. Les autres règles se rapportant à la phase 1A restent donc identiques.

Cette phase permet que les commerces puissent tous rouvrir, en même temps, sans discrimination de taille et de secteur, laissant ainsi à chacun les mêmes chances de réussite.

Le gouvernement déterminera – avec l’appui du GEES – les conditions qui permettront cette réouverture. Nous clarifierons également l’avenir des compétitions sportives à court terme.

Les conditions seront élaborées en concertation avec les secteurs et les partenaires sociaux.

En tout état de cause, les professions impliquant les contacts physiques ne pourront pas reprendre leur activité pendant cette phase.

Phase 2 (dès le 18 mai)

La 2ème phase s’envisage à partir du 18 mai prochain.

Au niveau de la vie économique

Pour les commerces :

  • Les professions impliquant des contacts physiques (par exemple, les coiffeurs) devraient pouvoir reprendre leur activité.
  • Les cafés, les restaurants, les dancings et les autres lieux qui sont susceptibles de brasser du monde ne pourront encore reprendre leurs activités.
  • L’ouverture des musées pourra être envisagée dans la phase 2, sous conditions également. Par exemple, via le développement d’un système de ticketing.

Au niveau de la vie quotidienne

Il devrait être possible d’avancer dans le déconfinement à travers :

  • La possibilité d’autoriser les réunions privées à domicile ;
  • Celle d’autoriser la présence d’un plus grand nombre de personnes aux mariages et enterrements;
  • Celle de permettre à plus de 2 personnes de pratiquer une activité en extérieur. Pour les sports d’équipe, l’entrainement physique en plein air sera permis dans le cadre d’un club uniquement, à condition que ce club soit reconnu par une fédération sportive reconnue, qu’un entraîneur se trouve sur place et que les distances de sécurité soient respectées.
  • La possibilité d’organiser des excursions d’une journée dans certaines régions du pays, comme la Côte belge ou les Ardennes, ou de se rendre dans sa seconde résidence.

Au niveau de l’Enseignement

La reprise des cours sera très progressive, avec une réouverture dès le 18 mai.  Cette reprise ne concernera pas tous les élèves.

Chaque communauté aura la charge d’élaborer, en concertation avec le secteur, l’opérationnalisation de cette décision. Les années qualifiantes devraient être privilégiées.

Phase 3 (à partir du 8 juin)

La phase 3 démarrera au plus tôt le 8 juin.

Elle concernera les modalités de la réouverture éventuelle et progressive des restaurants, et puis, plus tard des cafés, bars, restaurants. Ceci devra se faire en tout état de cause sous conditions strictes.

Cette troisième phase est délicate à appréhender et une décision devrait être prise d’ici fin mai quant aux activités de l’été (voyages à l’étranger, camps des mouvements de jeunesse, les stages, les attractions touristiques). Les événements de masse de type « festival » ne pourront pas avoir lieu jusqu’au 31 août. La possibilité d’autoriser des événements en plein air de plus petite envergure sera envisagée.

 

Pour faciliter le déconfinement : les tests et le tracing

Pour assurer le déconfinement dans les meilleures conditions possibles, le testing et le tracing joueront un rôle prépondérant.

En ce qui concerne le dépistage, l’objectif est de pouvoir offrir un test de laboratoire à toutes les personnes qui en nécessitent :

  • ceux qui présentent des symptômes et pour qui un médecin suspecte une infection ;
  • Les personnes fortement exposées au virus de par leur profession ;
  • et les personnes exposées au virus après un contact intense avec une personne infectée.

La capacité de nos laboratoires atteindra 25.000 tests PCR par jour pour le 4 mai et cette capacité sera extensible jusqu’à 45.000. Afin de fournir un appui à la réalisation des tests, les laboratoires publics et privés ainsi que la plateforme fédérale sont pleinement mobilisés.

A propos des tests sérologiques, ils seront destinés à :

  • Etudier le niveau d’exposition au virus et l’immunité dans des groupes sélectionnés ;
  • Suivre l’épidémie ;
  • Suivre le personnel de soins et lié à des groupes vulnérables ;
  • Réaliser des tests sur prescription du médecin.

 

Notre capacité pour les prochains mois est sécurisée.

Un comité interfédéral en charge du testing et tracing a été créé. Il s’agit d’une stratégie coordonnée entre les régions et communautés, avec l’appui des experts fédéraux.

Le contact tracing nécessitera l’instauration d’un centre d’appel opérationnel dans chaque régions et communautés (Total 2.000 ETP), la création d’une plateforme commune pour gérer les centres d’appel (avec l’appui du fédéral) et la création d’une base de données commune (avec l’appui du fédéral) pour organiser le travail des agents et le suivi des activités

En parallèle, le gouvernement fédéral élaborera un cadre juridique pour protéger la vie privée dans le cadre de la création d’une potentielle application dont l’objectif serait de soutenir le contact tracing physique. L’utilisation de cette application se fera sur base volontaire

Le démarrage du contact tracing aura lieu lors de la première phase de déconfinement.

 

Informations utiles