Ce lundi 18 janvier, la Vice-Première ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, Sophie Wilmès, a participé avec ses homologues au Conseil des affaires générales qui s’est tenu par vidéoconférence. Cette réunion a été l’occasion pour la Belgique d’encourager la présidence portugaise dans sa prise de fonction et de continuer à défendre une approche coordonnée européenne dans la gestion de l’épidémie du COVID-19.

Présidence portugaise

Depuis le 1er janvier, le Portugal occupe la présidence du Conseil de l’Union européenne ; et ce jusqu’en juin prochain. Cette première réunion des ministres européens de l’année 2021 a permis à la Présidence portugaise d’exposer ses priorités pour les prochains mois.

Sophie Wilmès commente : « Les mises en œuvre du budget européen, du plan de relance Next Generation EU et du Green Deal seront bien évidemment au sommet de l’agenda de la présidence portugaise. C’est essentiel car ils seront les moteurs de l’après-crise. Mais je suis heureuse de constater également, dans ce programme, un accent prononcé sur les matières sociales avec, en perspective, un Sommet à Porto en mai prochain. La Belgique partage avec le Portugal cette volonté de faire émerger une Europe sociale forte qui se préoccupe du bien-être et de la sauvegarde des droits des citoyens européens ; que ça soit au niveau de l’emploi ou de protections sociales. C’est une dimension fondamentale du projet européen tel que nous l’envisageons. »

Lutte contre l’épidémie du COVID-19

En préparation du Conseil européen virtuel qui se tiendra le 21 janvier, les ministres européens ont fait le point sur l’évolution de la situation sanitaire en Europe. La Vice-Première ministre a souligné le travail assidu des autorités européennes dans l’obtention rapide de vaccins disponibles dans l’ensemble de l’Union. « Il ne fait aucun doute qu’aucun État-membre seul ne serait arrivé à un tel résultat. Pire, un manque de solidarité dans ce dossier aurait pu être destructeur pour la cohésion entre partenaires. » explique Sophie Wilmès. Elle en a appelé, par exemple, la Commission européenne à accélérer autant que possible l’achat groupé de vaccins en faisant preuve de la plus grande transparence.

En ce qui concerne la question du certificat de vaccination, la Vice-Première ministre Sophie Wilmès a salué les travaux techniques menés tout en rappelant que ce certificat ne peut porter atteinte aux libertés individuelles ou à la mobilité transfrontalière. Ce document ne peut pas mener à des discriminations entre citoyens européens alors que l’accès au vaccins n’est pas généralisé.

La Belgique, par la voix de sa Vice-Première ministre, a réitéré sa volonté d’amplifier cette coordination européenne et particulièrement en ce qui concerne la gestion des frontières autour et intra-européenne. « Face à l’émergence de variantes du virus, il est non seulement indispensable d’accélérer la campagne de vaccination dans toute l’Europe mais, également, d’agir de manière coordonnée en ce qui concerne les mesures de lutte contre le COVID-19 liées à la liberté de circulation. En effet, nous aurions beaucoup à gagner à harmoniser le plus possible nos règles d’accès au territoire en terme de dépistage (« testing ») et d’obligation de quarantaine, par exemple. Les vacances de Carnaval arrivant, la question de la politique d’accès aux stations de ski (hôtels, locations, remontées mécaniques, …) nous concerne tous. J’espère que, là aussi, l’approche suivie sera à la hauteur des difficultés qui se posent à nous. » La Vice-Première ministre a ainsi plaidé pour que le Conseil européen de jeudi prochain arrête une décision commune et concertée.