Ce mercredi 19 février, lors du Comité de concertation, le gouvernement fédéral et les exécutifs des entités fédérées ont approuvé le document intégré de stratégie à long terme pour la Belgique. Le Comité de concertation s’engage à mettre régulièrement à jour cette SLT nationale qui relève d’un engagement a minima confirmant la volonté commune de tendre vers la neutralité carbone. Cette stratégie long terme sera notamment mise à jour en fonction de l’évolution de la situation de chacune des entités, en regard des objectifs européens définis en matière de réductions des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Pour la Première ministre, Sophie Wilmès, cet accord s’inscrit dans la continuité des récentes décisions qui ont été prises en matière climatique. « Je me réjouis de cet accord qui illustre également le bon fonctionnement des institutions interfédérales. C’est le deuxième Comité de concertation consécutif qui aboutit à un accord majeur en la matière. La lutte contre le dérèglement climatique est un enjeu central de ce début de siècle et la Belgique fera sa part du travail. Il faut regarder notre ‘Stratégie Long Terme’ comme la pièce d’un ensemble ambitieux, matérialisé par le fameux Green Deal porté au niveau européen. »

La Ministre fédérale de l’Énergie, de l’Environnement et du Développement durable, Marie-Christine Marghem, réagit : « La Belgique vient de franchir une étape décisive dans le cadre de la transition énergétique qui lui permettra de se rapprocher de la neutralité carbone. Chaque entité contribuera de manière réaliste et coordonnée à la réalisation de cet objectif. Je salue le travail collectif de tous ceux qui ont permis l’aboutissement de cet accord qui est encore appelé à évoluer à l’avenir vers une plus grande ambition »

Selon la Ministre flamande de l’Environnement et de l’Énergie, Zuhal Demir, les gouvernements régionaux flamand, wallon et bruxellois « ont fait leur devoir ». « Je remercie mes collègues pour la bonne ambiance de travail, dans le respect des possibilités et des choix politiques de chacun. Maintenant, les plans sont définis : il est temps de les concrétiser et d’instaurer des mesures. Tous les ministres flamands sont déjà au travail. »

Pour le Ministre wallon du Climat, Philippe Henry, « il est crucial que malgré les difficultés, la Belgique inscrive son action dans le cadre européen et tende vers la neutralité carbone à l’horizon 2050. Une décision que la Région wallonne a d’ores et déjà bel et bien adopteé. »

Pour la Région de Bruxelles-Capitale, le Ministre chargé de la Transition climatique, de l’Environnement, de l’Energie, Alain Maron, voit cet accord comme la volonté des gouvernements d’aboutir à la neutralité carbone.  « La Région de Bruxelles-Capitale s’est déjà inscrite dans cette trajectoire en ayant adopté en novembre 2019 sa propre stratégie à long terme visant à approcher la neutralité climatique en 2050. L’atteinte d’une société décarbonée est un impératif pour limiter le changement climatique et respecter les objectifs de l’Accord de Paris. »