Le Comité de concertation (CODECO) s’est à nouveau réuni ce vendredi 17 septembre à Bruxelles. Les autorités politiques et experts ont fait le point sur la situation épidémiologique afin d’adapter les mesures sanitaires. Au programme : assouplissements du port du masque, élargissement du Covid Safe Ticket (CST) et réouverture des discothèques.

Port du masque

(attention, le port du masque reste obligatoire à Bruxelles)

Jusqu’au 31 octobre, les entités fédérées auront l’opportunité d’abandonner le port du masque dans les commerces, restaurants, magasins ainsi que les évènements de moins de 500 personnes. Le port du masque reste obligatoire dans les secteurs suivants, à l’exception des moins de 12 ans :

  • Les transports en commun, aéroports et gares ;
  • Les transports collectifs organisés ;
  • Les établissements de soins ;
  • Pour le personnel et les clients/patients des métiers de contact médicaux et non médicaux ;
  • Pour le personnel de l’Horeca ;
  • Les évènements, spectacles culturels et compétitions sportives de plus de 500 personnes si le CST n’est pas applicable.

Réouverture des discothèques

À partir du 1er octobre, les discothèques sont autorisées à rouvrir sous protocoles stricts tels que la ventilation, la qualité de l’air et la capacité maximale de l’établissement en fonction de la superficie. L’accès aux discothèques et dancings sera également conditionné par l’usage du CST. Dans ces conditions, le port du masque et la distanciation sociale ne seront plus obligatoires.  Il est aussi à nouveau possible de danser dans les cafés.

Covid Safe Ticket (CST)

À partir du 1er octobre, les organisateurs d’évènements en salle d’au moins 500 personnes et d’évènements en plein air d’au moins 750 spectateurs pourront mettre en application le CST. L’application du CST implique l’abandon du port du masque et de la distanciation sociale. Les personnes qui ne sont pas entièrement vaccinées devront présenter un test antigénique négatif effectué dans les dernières 48h ou un test PCR rapide valable pour une durée de 24h. Les entités fédérées sont responsables de l’extension limitative du CST dans les secteurs de l’Horeca, les discothèques, les salles de sport, les foires commerciales, les congrès et les évènements culturels. Les bourgmestres ont également la possibilité d’évaluer le nombre minimum de visiteurs ou de rendre le CST obligatoire lors d’un évènement spécifique. Les décision finales sont laissées à l’appréciation des régions.

Taux de vaccination du personnel soignant

Le faible taux de vaccination au sein du personnel soignant ainsi que les disparités régionales compromettent la campagne de vaccination et mettent en danger les patients dans les hôpitaux. Une concertation sera organisée entre les organisations représentatives des employeurs et des travailleurs afin de développer un cadre adéquat pour la vaccination obligatoire du personnel soignant des établissements de soin, en ce compris les indépendants et les secteurs ambulatoires.

Voyages

Le Comité a décidé de supprimer la version papier du Passenger Locator Form (PLF) et de simplifier la version électronique, notamment par la mise en place de terminaux dans les endroits nécessaires.

Mesures pour contrer le faible taux de vaccination à Bruxelles

La circulation accrue du virus dans certaines communes bruxelloises nécessite une vigilance renforcée du nombre d’hospitalisations. Pour y remédier, les autorités ont consenti à renforcer le contrôle du respect des obligations de testing et de quarantaine à travers les mesures suivantes :

  • L’augmentation du nombre de « call agents » pour le contrôler les personnes de retour de voyage ;
  • Le renforcement du contrôle du PLF ;
  • Le maintien du télétravail dans les entreprises ;
  • La possibilité de se faire vacciner dans les entreprises, les écoles secondaires, les hautes écoles et universités ;
  • Les points de vaccination mobiles.

L’arrêt ministériel prend cours à partir du 1er octobre et toutes les mesures seront réévaluées le 31 octobre.