Depuis fin février 2019, le Conseil de l’Enseignement des Communes et des Provinces (CECP) et sa secrétaire générale Fanny Constant traversent une période houleuse.

 

Le bureau du CA du CECP ainsi que le Conseil d’Administration tout entier ont donc pris leurs responsabilités pour résoudre les perturbations importantes apparues au sein de l’ASBL. Le bureau s’est très vite positionné et a traité les faits en y apportant des solutions ou en installant le suivi demandé (mise sur pied d’un audit GRH, aide et écoute d’une personne mandatée par Mesura  pouvant ainsi, de façon neutre, traiter les demandes et les aspects plus psychosociaux du personnel plaignant; mise sur pied d’une étude financière par un réviseur d’entreprise…). Tous ces aspects ont fait l’objet de discussions et ont été lancés dans les délais les plus brefs .

 

Le 19 mars 2019, un Conseil d’Administration a été réuni. Ce dernier, après analyse de la situation, a pris la décision de renouveler sa confiance à la secrétaire générale Fanny Constant mais lui a imposé le remboursement de frais de déplacement et autres frais injustifiés trop perçus.

 

Depuis quelques mois, certains membres du personnel, qui n’acceptent pas la décision prise par le CA en  mars 2019, ont rendu l’ambiance quasi invivable dans l’institution, en utilisant des méthodes détestables (fuites dans la presse, violation de huis clos, courriers  aux PO d’une adresse créé à partir de la structure et par conséquent violation des règles du RGPD…). L’atmosphère délétère et oppressante qui en découle ne permet plus au CECP de mener à bien ses missions de façon constructive et professionnelle.

 

Les Administrateurs MR refusent d’accréditer une “chasse aux sorcières” qui n’apporte aucun élément nouveau susceptible de modifier la décision prise à la majorité du Conseil d’Administration de mars 2019. Cela s’apparenterait pour eux  à accréditer et à se rendre complices de certaines manœuvres qui voudraient les voir prendre des décisions sous l’ordre de la dénonciation. Toutes les décisions des administrateurs ont en effet été prises dans l’intérêt  de l’institution afin de garantir son bon fonctionnement et le bien-être du personnel du CECP.

 

En conclusion, tout en reconnaissant la situation compliquée vécue au sein de l’institution mais constatant que les mesures ont été prises et sont en cours d’exécution et de déploiement, les Administrateurs MR ne peuvent accréditer la remise en cause actuelle de la Secrétaire Générale.