Le MR lance un appel à tous les partis et à tous les citoyens à condamner fermement le relativisme moral, le séparatisme religieux et les atteintes aux valeurs universelles et aux libertés fondamentales.

L’assassinat d’un professeur d’histoire, simplement parce qu’il exerçait son métier, est un acte authentiquement monstrueux. Le Mouvement Réformateur est profondément indigné, choqué et révolté par cet attentat terroriste islamiste. Les frontières de l’ignoble, de l’abject, de l’horreur et de l’innommable ont été franchies par la décapitation de cet enseignant devant son école. Jugé coupable de critiquer. Jugé coupable de faire réfléchir. Jugé coupable d’enseigner.

Solidarité et détermination

Nous assurons la famille de Samuel Paty, ainsi que tous les enseignants et leur famille de notre soutien, de notre solidarité et de notre détermination à défendre les valeurs universelles et les libertés fondamentales.

Le sens critique, le recul, l’ironie, l’humour, la dérision et l’autodérision sont non seulement des droits, des outils indispensables à la formation d’une intelligence libre et éclairée mais également des pratiques salutaires pour lutter contre le dogmatisme et le fanatisme. Toute religion, toute croyance et toute doctrine politique ou philosophique doit pouvoir être librement critiquée, moquée et caricaturée. Aucune violence, aucune censure, aucune intimidation ne peut à cet égard être justifiée. A l’heure où cette évidence est remise en cause par certains, nous, libéraux, devons rappeler ce principe fondamental.

Un indéfectible droit à la connaissance

Le MR rappelle son indéfectible attachement au droit à la connaissance et à l’accès au savoir. L’autonomie de la science ne peut être battue en brèche par les convictions religieuses. Chaque élève doit pouvoir bénéficier des connaissances vérifiées et avérées. Il en va de l’égalité des chances et de la possibilité d’une émancipation réussie pour chacun, quelle que soit son origine sociale, culturelle, religieuse ou ethnique. A l’heure où se répandent les fake news et à l’heure où la violence verbale se banalise sur les réseaux sociaux, l’école a un rôle primordial à jouer dans la formation de l’esprit critique des enfants.

 

Soutien aux enseignants

Le MR exprime son soutien sans faille aux professeurs dans leurs missions d’éducation et d’apprentissage, parfois mises en péril par l’opposition de certains élèves influencés par les théories mortifères de l’islam salafiste. En tant que parti démocratique, le MR combat l’islamisme dont les premières victimes dans le monde – si pas les principales victimes – sont d’ailleurs les musulmans.

Préserver l’acquis les Lumières

Les libéraux ne transigeront jamais quant à la liberté d’expression. Elle constitue la condition sine qua non de la démocratie. Les libéraux en sont les gardiens naturels. La liberté d’expression ne peut connaître d’autres limites que celles que le législateur lui pose légitimement lorsqu’elle sert de prétexte à la haine ou à la stigmatisation. Toute autre réserve, toute minimisation, toute excuse ou toute justification, même partielle, d’un acte aussi abominable mais également toute ambiguïté par rapport à l’application de ce principe, ne sont en réalité que l’expression de la lâcheté, du laxisme, voire d’une réelle complicité, volontaire ou non, avec l’islamisme et l’obscurantisme.

Dans nos sociétés démocratiques et éclairées, toute personne peut aujourd’hui penser, s’exprimer, entreprendre, agir et interagir en toute liberté et en toute sérénité. C’est un acquis des Lumières et de l’édification progressive de notre démocratie libérale, le fruit précieux de longs siècles de lutte contre l’intolérance, la haine et l’ignorance. Nous – membres du plus vieux parti d’Europe continentale dont cette démocratie libérale constitue l’ADN – nous nous opposons radicalement à tous ceux qui tentent aujourd’hui d’y porter atteinte.

Nous réaffirmons notre engagement en faveur de la neutralité de l’État et des institutions publiques. Seule la séparation des Eglises et de l’État garantit la liberté de conscience, la liberté de croire ou de ne pas croire.

Nous demandons l’incrimination de tout obstacle à la transmission du savoir. Nous revendiquons un strict contrôle des mosquées et l’interdiction des prêches haineux qui incitent aux actes tels que celui que nous venons de vivre. Nous condamnons toutes les stratégies d’intimidation et tous les discours, même bien intentionnés, qui viseraient à faire du blasphème un délit ou à interdire les critiques contre les religions. Afin de protéger les enseignants, les journalistes et tous ceux qui ont la tâche d’enseigner, d’informer et faire réfléchir, nous entendons constituer un rempart solide contre le terrorisme islamiste et lançons dès lors un appel à tous les partis politiques et à tous les citoyens et toutes les citoyennes à condamner fermement et sans ambivalence le relativisme moral, le communautarisme, le séparatisme religieux et les atteintes aux valeurs universelles, aux libertés fondamentales et à la démocratie.

 

*Signataires : Georges-Louis Bouchez, président du MR, sénateur ; Latifa Ait-Baala, Clémentine Barzin, Alexia Bertrand, Geoffroy Coomans de Brachene, Aurélie Czekalski, Vincent De Wolf, Dominique Dufourny, Anne-Charlotte d’Ursel, David Leisterh, Françoise Schepmans, Viviane Teitelbaum, Gaëtan Van Goidsenhoven, David Weytsman, parlementaires bruxellois MR ; François Bellot, Caroline Cassart-Mailleux, Sybille De Coster-Bauchau, Hervé Cornillie, Philippe Dodrimont, Manu Douette, Véronique Durenne, Yves Evrard, Jacqueline Galant, Charles Gardier, Nicolas Janssen, Anne Laffut, Sabine Laruelle, Olivier Maroy, Françoise Mathieux, Christine Mauel, Dania Nikolic, Rachel Sobry, Nicolas Tzanetatos, Jean-Paul Wahl, députés wallons ; Olivier Chastel, Frédérique Ries, députés européens ; Daniel Bacquelaine, Christophe Bombled, Emmanuel Burton, Michel De Maegd, Denis Ducarme, Nathalie Gilson, Kattrin Jadin, Marie-Christine Marghem, Benoît Piedboeuf, Philippe Pivin, Florence Reuter, députés fédéraux ; Gregor Freches, Alexandre Miesen, députés germanophones ; Stéphanie Cortisse, Communauté française ; Willy Borsus, Jean-Luc Crucke, Valérie De Bue, ministres wallons ; Pierre-Yves Jeholet, Valérie Glatigny, ministres du gouvernement de la FWB ; Sophie Wilmès, David Clarinval, ministres fédéraux ; Mathieu Michel, secrétaire d’Etat.

Lisez l’article du Soir ici