Cette fin de session au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles fut l’occasion de débattre de l’ajustement budgétaire 2021.Une année particulièrement difficile pour tous, mais pas sans ambition de la part du gouvernement !

La Fédération Wallonie-Bruxelles est aujourd’hui à la croisée des chemins : entre une situation financière très difficile, des besoins importants à mobiliser pour l’effort de relance et, enfin, des mesures d’urgence à prendre pour faire face aux effets de la crise.  Ainsi, ce sont près de 300 millions d’euros cumulés qui ont été dégagés en 2020 et 2021, notamment, en appui aux hôpitaux universitaires, aux structures d’accueil d’urgence pour les mineurs en danger, ou encore aux étudiants en situation de difficulté financière.

La Cheffe de Groupe MR Françoise SCHEPMANS a rappelé les difficultés auxquelles la Fédération Wallonie-Bruxelles est confrontée : « Certes, nos recettes sont restées statiques autour de 10 milliards en raison des paramètres macroéconomiques et démographiques et, de facto, le déficit a grimpé autour du milliard d’euros. Toutefois, rappelons que ce projet d’épure budgétaire s’inscrit dans une logique de responsabilité, de pragmatisme et de vigilance accrue. C’est dans ce contexte particulier que le gouvernement a posé des choix forts tout en veillant à rester dans la trajectoire du comité de monitoring ! »

« Parallèlement et dans le sillage des 495 millions d’euros négociés pour la Fédération dans le cadre du Plan européen de relance, le gouvernement a prévu une enveloppe de 57 millions d’euros en préfinancement pour les infrastructures universitaires, les IPPJ et les complexes sportifs. Et dont 230 millions d’euros seront investis dans nos bâtiments scolaires, car les besoins de terrain sont énormes et l’urgence s’impose quant à l’application de solutions durables », rappelle encore Françoise SCHEPMANS.     

Ainsi, ce budget ajusté, comme celui voté en décembre dernier, est porteur de marqueurs politiques forts, de nouveaux investissements ambitieux qui répondent aux besoins de terrain, comme par exemple : l’augmentation des crédits pour les bourses d’études de 3,3 millions d’euros et le subventionnement de projets d’infrastructures culturelles avec 2 millions d’euros en crédits d’engagements.

Mais surtout, ce travail de longue haleine va se poursuivre à l’avenir, notamment via un « Plan pour les 0-25 ans », avec des mesures ambitieuses concernant la jeunesse, les étudiants, l’enseignement, les bâtiments scolaires, l’enfance et l’aide à la jeunesse.

« A ceux qui critiquent la faiblesse des moyens de certaines politiques avant de pointer du doigt le niveau de l’endettement, je leur dis que la Fédération Wallonie-Bruxelles n’a laissé personne sur le chemin.   Les années 2020 et 2021 ont été des années historiquement dramatiques, nous vivons toujours au cœur des urgences et cette majorité a pris toutes ses responsabilités au profit de Francophones de Belgique ! », conclut Françoise SCHEPMANS.

1771
1890
Inondations en Wallonie
Numéro d'urgence
Indépendants & PME
Toutes les mesures de soutien