La Journée mondiale des Animaux est l’occasion de rappeler que Bruxelles n’a toujours pas adopté son code du bien-être animal, contrairement à la Wallonie. A tous les niveaux, le MR continue à agir pour faire progresser le bien-être de nos animaux.

En Wallonie, le MR a été l’initiateur du Code wallon du bien-être animal, alors que Willy Borsus était ministre-président. Les particuliers disposent désormais d’un permis pour détenir des animaux domestiques, permis qui peut leur être retiré en cas de maltraitance. Grâce au MR, l’abattage rituel sans étourdissement est également interdit en Wallonie et une alternative proportionnée est proposée aux communautés religieuses concernées. Nous avons également fait voter une résolution invitant le gouvernement régional à créer un Centre belge de recherches des méthodes alternatives à l’expérimentation animale.

Le MR regrette que le gouvernement régional bruxellois ne s’inscrive pas dans la même dynamique. Grâce à un travail d’opposition constructive, nous avons quand même obtenu l’interdiction des chevaux et poneys de foire. Tourner incessamment avec des enfants inexpérimentés sur le dos, dans un environnement bruyant, sur une surface généralement très limitée et dans des conditions de repos insuffisantes, nuit en effet gravement au bien-être des ces animaux, qui ne sont pas destinés à être exploités de la sorte. On attend par contre toujours le code bruxellois du bien-être animal. Quant à l’abattage rituel sans étourdissement, il reste autorisé.

Depuis les bancs de l’opposition, le MR ne reste pas inactif et a notamment proposé de créer une police du Bien-être animal. Dans la très grande majorité des cas, la violence, la maltraitance ou la négligence envers les animaux demeure en effet impunie, en raison d’un manque de moyens et de personnes affectées à cette tâche. Nous proposons donc d’instituer un service spécifique (une « police »), mais aussi de de travailler à la formation des gardiens de la paix et des agents de police, et d’encourager l’utilisation des sanctions administratives communales. Le MR propose également de créer une banque de données sur les propriétaires maltraitants, vu que, contrairement à la Wallonie, aucun permis n’est requis pour détenir un animal à Bruxelles. Nous avons également des projets en matière de réglementation des Nouveaux Animaux de Compagnie (lapins, hamsters, tortues, salamandres, serpents, araignées exotiques), que les propriétaires abandonnent, inconscients de l’investissement qu’ils représentent, ce qui pose des problèmes en termes de sécurité et de santé publique. Une réglementation accrue de la commercialisation et de la publicité sur les NAC est nécessaire, ainsi qu’une procédure d’identification et d’enregistrement obligatoire, et la création de listes d’animaux autorisés à la détention. Nous avons également des propositions pour élargir l’utilisation des bandes des bus aux ambulances vétérinaires, pour lutter contre la vente incontrôlée d’animaux en ligne et pour assouplir l’interdiction de détenir un animal dans les contrats de bail.

Autant de propositions qui démontrent le volontarisme du MR en faveur de nos amis les animaux !