Sécurité

Terrorisme : Nous devons tous faire bloc.

Par 22 janvier 2015 Pas de commentaire

Ce dimanche 18 janvier, Denis Ducarme participait au débat de Mise au Point consacré à la lutte contre le terrorisme. Fidèle au ton donné par le premier Ministre, il a tenu des propos particulièrement rassembleurs.

Évoquant l’opération antiterroriste de Verviers, Denis Ducarme a souligné la qualité d’action de nos services de sécurité : « Nous avons démontré notre capacité à déjouer un attentat d’envergure et imminent. Nos services ont la capacité de protéger nos citoyens et leur liberté. Nous sommes véritablement en guerre contre ceux qui veulent nuire à nos valeurs et à notre liberté. Les mesures prises par le Gouvernement Michel visent justement à préserver ces valeurs et à protéger nos libertés. » Rejetant toute forme de polémique et de jeu politique, le Chef de Groupe MR à la Chambre a appelé l’ensemble de la classe politique à faire bloc derrière le Gouvernement : « L’heure est au rassemblement et à l’union nationale. Il faut que nous fassions tous bloc contre ceux qui veulent nous détruire quelles que soient nos idées politiques. Je crois que si l’opposition soutient les mesures prises par le Gouvernement, c’est parce qu’elle les trouve pertinentes.» Le Député MR a également rappelé la volonté du Gouvernement Michel de mettre tous les moyens nécessaires à disposition de la sécurité des Belges : « Nous avons une réserve budgétaire interdépartementale qui sera consacrée à l’effort à produire sur le plan de la sécurité. Il y a un monitoring budgétaire permanent et lors de l’ajustement budgétaire, il y aura une flexibilité particulière en ce qui concerne la sécurité. Les moyens mis à disposition seront donc suffisant .» Denis Ducarme estime par ailleurs, qu’il est indispensable de renforcer la collaboration avec nos voisins européens ainsi qu’avec les polices locales. Il souligne également la demande des services de sécurité d’élargir les méthodes de recherche : « En matière d’élargissement des méthodes particulières de recherche, nous rencontrons l’appel émis par les services de sécurité : En février 2013, nous avons ajouté un certain nombre d’infractions terroristes à la loi mais aujourd’hui au niveau du code d’instruction criminelle, nous n’avons pas la capacité de suivre de près et d’écouter. Ce sera désormais possible grâce aux mesures du Gouvernement Michel. Au-delà de cela, nous devons avoir un échange et une collaboration plus fluide en termes de renseignement au niveau européen mais aussi dans le cadre de l’information et de l’échange avec les polices locales belges. »