Les médecins et les infirmiers qui prodiguent des soins palliatifs aux patients à domicile sont parfois confrontés à un manque de certains médicaments. En outre, des doses plus élevées qu’attendues sont parfois nécessaires, comme pour les médicaments analgésiques par exemple. Les patients en phase terminale aiment vivre la fin de leur vie dans un environnement familier. Mais leurs soins peuvent changer assez soudainement et nécessitent parfois des médicaments spécifiques. Attendre 24 heures pour commencer un traitement n’est donc pas une option.

Soins palliatifs : les pharmacies mieux fournies

Jusqu’à présent, les stocks de ces médicaments n’étaient pas toujours suffisants dans les pharmacies. La ministre de la Santé Maggie De Block a donc mené une réflexion avec les représentants des pharmacies et les fédérations de soins palliatifs. Cette réflexion a porté sur la constitution de stocks adéquats de médicaments pour soulager la souffrance en fin de vie.

La ministre a également adapté la liste des médicaments et des dispositifs médicaux que les pharmaciens doivent obligatoirement avoir en stock. La mise à jour de cette liste est une première en 9 ans. Cette liste est d’application depuis avril.

Quelques exemples – Quantité adaptée : morphine dorénavant aussi en ampoules de 30ml, Midazolam comme aide au sommeil – Ajout : Buscopan pour les troubles intestinaux, Metamizol comme antipyrétique puissant.

La démarche a pour objectif de garantir l’accès à ces médicaments et donc d’améliorer la qualité de vie des patients bénéficiant de soins palliatifs. Les pharmacies conservent les médicaments en sécurité. Quant aux pharmaciens, ils peuvent donner des informations supplémentaires sur la conservation et l’utilisation des produits.

En cas de rupture de stock, les pharmacies peuvent faire appel aux grossistes qui peuvent les approvisionner rapidement. Elles peuvent aussi s’appeler entre pharmacies et renvoyer le patient vers une autre pharmacie qui dispose du produit. Les stocks doivent être raisonnables et tenir compte des dates de péremption.

Des soins pour le confort des patients

Les soins palliatifs ont pour objectif d’apaiser la douleur et d’améliorer le confort des patients atteints d’une maladie pour laquelle il n’existe plus de traitement possible. Ces soins visent à offrir la meilleure prise en charge possible des symptômes cliniques.

Ces soins peuvent débuter en fin de vie mais aussi être organisés en concertation avec le patient lorsqu’on constate que sa pathologie ne réagit plus aux traitements entrepris pour stabiliser ou maîtriser la maladie. Il appartient au patient de décider s’il souhaite, ou non, bénéficier de soins palliatifs. Cette décision reste un choix personnel. L’accent est mis sur l’autonomie du patient.

La Belgique a toujours joué un rôle de pionnier au niveau international dans le domaine des soins précieux de qualité en fin de vie. Ainsi, la loi organise les soins palliatifs depuis 1997 et depuis 2002, ils constituent un droit fondamental pour tout le monde.

Ces changements ont leur place dans le projet du MR en matière de santé. Pour les Libéraux, l’accès à des soins de santé de qualité pour toute personne est un droit fondamental. Le contexte de vieillissement de la population implique des adaptations au système afin d’en garantir la permanence, d’en assurer le financement et de permettre l’accès aux nouveaux traitements disponibles.

Ceci pourrait vous intéresser :

Pour des soins de santé de qualité

Le gouvernement facilite l’accès aux médicaments innovants 

Diminution du prix des médicaments

120 000 patients remboursés pour l’aide psychologique

Restez informés !









 

 

 

 

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir